Lexpress Property Trends Lexpress Property Trends FR Light Version - Page 25

LES PARTICULARITÉS DU MARCHÉ : BIENS ACCESSIBLES AUX ÉTRANGERS QUI INVESTIT À L’ÎLE MAURICE ? Les tendances du site LexpressProperty.com sont assez proches de celles présentées dans le rapport de l’EDB « Hospitality and Property Development » . Selon ce rapport, les ressortissants étrangers ayant investi dans l’immobilier mauricien sont principalement Français (42%) et Sud Africains (22%), suivis d’Anglais (9%), de Malgaches (4%), de Belges (3%) et de Suisses (3%). Dans cette liste, on retrouve aussi des ressortissants russes, indiens, américains, australiens, italiens et allemands. À noter cependant que les Mauriciens (9%) ont également investi dans ces projets. S elon le rapport de l’EDB - Hospitality and Property Development, les Européens, comme cela a traditionnellement été le cas (et cette tendance se confirme aussi sur le site) ont été les plus gros investisseurs avec une part de 59%, et une moyenne d’ ge entre 58 et 65 ans ; ce qui renforce l’image de Maurice comme destination de choix pour ceux qui cherchent une qualité de vie et un environnement agréable en fin de carrière. À noter que plus de 40% d’investisseurs étrangers qui ont fait l’acquisition d’un bien à Maurice, se sont offert ces résidences secondaires principalement pour y passer des vacances. ait intéressant cependant : 10% des acheteurs étrangers ont fini par investir dans d’autres activités professionnelles à Maurice. Comme le soulignent de nombreux professionnels, il est important aussi de préciser que les « repeaters » (c’est à dire les acheteurs qui investissent dans un 2 ème , voire un 3 ème bien) sont trés fréquents, mais il n’existe pas de statistiques officielles à ce sujet. L’anal se des acteurs du marché La tendance générale sur le site est que les étrangers qui investissent à Maurice cherchent des villas et appartements de 3 chambres (49%) ou 4 chambres (33%), suivi des 5 chambres (13%). Et uillaume Merle de Prime Home Properties apporte un éclaircissement sur la question : « Les investisseurs étrangers qui cherchent de grands espaces, c’est parce qu’ils viennent souvent avec leur famille. Ils achètent des 5 chambres, c’est du haut de gamme, de grandes villas. Ils aiment avoir de l’espace ». En analysant les données disponibles sur LexpressProperty.com, on note aussi l’interêt de nouveaux marchés tels que la Turquie (avec l’arrivée à Maurice de Turkish Airlines) ou encore l’Australie, pays où l’on trouve une diaspora mauricienne assez importante. Mais ces tendances marketing restent encore à se confirmer dans le futur. Il faut aussi tenir compte du fait que le le pays d’origine de l’investissement ne veut pas dire nationalité de l’acquéreur : il existe, par exemple, beaucoup de flux financiers qui transitent par Duba . Investir à Maurice repose aussi sur un facteur non-négligeable : la langue, voire la barrière de la langue. « Depuis 5 ans, il y a eu moins de 20 ventes venant de la Chine sur tout le marché mauricien », précise Sachin Mohabeer de l’EDB. « Nous avons approuvé 5 projets de promoteurs chinois, mais les Chinois n’achètent pas sur plan, mais après la construction. Ils vont donc construire et puis vendre. Ce marché a une approche différente de l’immobilier neuf. » Patrice Legris, CE d’Alteo Properties d’avancer : « Il y a un parallèle certain entre la source des marchés touristiques et l’immobilier. Nous parlons principalement l'anglais et le français à Maurice. C’est pour cela que c’est plus difficile pour certains étrangers, notamment les Chinois par exemple, de venir à Maurice. Il y a vraiment un obstacle culturel et de langue qu’on ne peut pas sous-estimer ». Enfin, selon le rapport de l’EDB, en 2006, les prix moyens des unités résidentielles vendues s’élevaient à Rs 45 millions par unité, pour descendre à un prix moyen de Rs 19 millions en 2012 et remonter à 35 millions en 2018. Pourtant, selon Mika l Le Luron, ead of Marketing chez ENL Property, il semble que la tendance actuelle des prix s’oriente vers du moins de Rs 26 millions qui représentent environ 70 à 75% des demandes, alors que la demande des biens à plus de 1 million $ représenterait environ 25% à 30%. LEXPRESSPROPERTY TRENDS 55