Lexpress Property Trends Lexpress Property Trends FR Light Version - Page 46

FOCUS SUR NOS REGIONS EN 2018 À CHAQUE RÉGION, SES PARTICULARIT S Le nord et l’ouest de l’île enregistrent les plus fortes dynamiques, dans le sillage de l’attrait touristique des stations balnéaires. Sous l’effet de nouveaux projets urbains, les marchés se réveillent dans le Centre. De belles perspectives se dessinent au Sud d’abord et l’Est devrait suivre. D opé depuis bientôt deux décennies par les transactions concernant des biens acces- sibles aux étrangers, le marché de l’immobilier résidentiel se développe à Maurice dans le sillage du tourisme. Lieux de villégiature privilégiés des vacanciers, et cela concerne autant les visiteurs que les Mauriciens, ce sont donc les régions côtières du nord et de l’ouest de l’île qui ont été les principales bénéficiaires de cette dynamique jus- qu’à maintenant. Pour être juste, il faut toutefois préciser que le succès enregistré à Bel Ombre et Beau Champ par deux vastes programmes résidentiels de luxe, comptant parmi les précurseurs, contribuent à un équilibrage en faveur du sud et l’est du pays. propos de ces régions, plusieurs facteurs, et notamment l’aménagement récent d’infrastructures routières favorisent désormais leur désenclavement. Elles devraient constituer le nouvel horizon de l’immobilier mauricien. Le glissement dans ces directions du centre de gravité de l’île a déjà commencé, avec le réinvestissement de la capitale et des villes de la région du Centre, connue sous le nom de Plaines Wilhems. 140 Nord, rand Baie et les villages voisins de Péreybère à Roches Noires d’un c té et de Pointe aux Canonniers à Balaclava de l’autre -, les investissements et les aménagements retrouvent le chemin des zones urbaines. De nouveaux immeubles, avec des appartements offrant des prestations modernes et adaptées aux besoins comme aux budgets de jeunes ménages ou de retraités voient le jour dans la région des Plaines Wilhems qui retrouve ainsi l’attrait qu’elle avait autour de l’époque de l’Indépendance. Le phénomène est visible depuis peu dans les agglomérations de Beau Bassin – Rose-Hill et de Vacoas - Phoenix mais le mouvement avait commencé un peu plus tôt à Curepipe. Retour aux fondamentaux Le Nord et l’Ouest ont toujours la cote Prenant la forme d’immeubles ou de lotissements résidentiels destinés à une clientèle plus aisée, des résidences de plus haut standing sortent de terre et redonnent du lustre aux quartiers ayant eu leurs heures de gloire il y a encore plus longtemps. Floréal, Moka et le centre de Port Louis, ces lieux qui sont associés à l’histoire de l’aristocratie et de la grande bourgeoisie mauriciennes, au 19 ème et début du 20 ème siècle, trouvent de nouveaux admirateurs. Après plus de deux décennies d’engouement quasi exclusif pour les stations balnéaires - de l’Ouest, à Flic en lac, Tamarin et Rivière Noire et celles du Du fait de l’aménagement du principal centre d’affaires, la Cybercité d’ bène, et de la majorité des universités, au cœur de ce plateau central, c’est LEXPRESSPROPERTY TRENDS là qu’on sent le pouls de l’activité économique. L’intérêt pour les villes mauriciennes n’est donc pas prêt de retomber. D’autant que ce centre devrait être bientôt débarrassé de ce qui est encore son principal défaut, celui d’être un goulot d’étranglement du trafic routier, durant près de deux heures chaque matin et autant chaque soir, si les promesses sont tenues par le projet public de métro-express. Un nouvel intérêt pour les transports en commun devrait naître de cette ligne de tramway en site propre appelée à desservir, à partir de l’année prochaine, plusieurs quartiers très urbanisés de Port Louis à uatre Bornes, puis ensuite jusqu’à Curepipe. Sur cette région centrale qui demeure la plus équipée, en termes d’infrastructures de santé, d’éducation, de loisirs et de centres commerciaux, l’offre immobilière est appelée à poursuivre son développement sous les effets de Smart Cities, dont celle de Moka est à l’avant-garde. D’autres projets de Smart City, dans l’Ouest et le Sud, en particulier près de l’aéroport, devraient contribuer dans les prochaines années à une extension du Centre. Il faudra compter aussi sur des évolutions intéressantes dans l’est de l’île. La région est déjà plus peuplée qu’il n’y paraît mais selon un modèle rural qui devrait se structurer autrement à plus long terme.