LaCase N°65 JUILLET - AOÛT 2020 - Page 15

Les meubles Cypraea sont inspirés de la nature luxuriante de Maurice et sont faits de matières brutes telles que le sable, la roche, le bois ou le bronze. Dès son plus jeune âge, Cédric Lincoln, directeur de Mavenci et de Cypraea, a baigné dans la fabrication de meubles. Ayant un père qui avait une petite entreprise dans le domaine, ses premiers pas étaient des cages et des nids en bois pour les oiseaux pour lesquels il a une belle affection. «Vendre mes créations me permettait d’avoir de l’argent de poche car mes parents n’étaient pas des plus aisés.» À 17 ans, il fabrique son premier meuble de A à Z, une console en rotin et palissandre qu’il a d’ailleurs gardée au vu de sa grande valeur sentimentale. Après un BTS Productique Bois et son diplôme d’ingénieur de l’École Supérieure du Bois en France, Cédric passe quelque temps en Angleterre, en Roumanie et au Canada avant de revenir au pays en 2004. Il intègre alors une entreprise de menuiserie bois dans laquelle il gravit les échelons et devient le Directeur Général en 2009. Plus tard, l’entreprise familiale Quality Furniture créée en 1974 le contacte pour rejoindre l’équipe et lui propose le rachat d’une partie de la société. En 2016, il renommera cette société Mavenci. Pour répondre au besoin de trouver un créateur de meubles qui pourrait capter la subtilité du décor mauricien et convertir nos paysages en meubles design, il fait appel à Francesco Maria Messina, architecte italien de formation française. Ce dernier propose alors, pour la collection Cypraea 2019, des designs élégants et avant-gardistes inspirés de la nature luxuriante de l’île. L’innovation que représente Cypraea vient non seulement des 46 ans d’expertise de Mavenci dans le domaine du bois mais aussi de l’équipe derrière la création de ces meubles défiant les lois de la normalité. Ils présentent des formes irrégulières et sont faits de matières brutes telles que le sable, la roche, le bois, le cuir ou le bronze, par exemple. Cette alchimie entre ingénierie et architecture a contribué au succès de la production. «Un meuble Cypraea permet de dégager une émotion immédiate, c’est assez singulier.» Cédric souhaite également, à travers ces collections respectueuses de l’environnement et du développement durable, sensibiliser les gens aux dommages causés à la planète. En effet, l’architecte Francesco Maria Messina a imaginé cinq collections, chacune mettant en scène des thèmes comme la montée des eaux, le changement climatique et la déforestation. Mais ce n’est pas tout. Cédric a comme projet de contribuer à la Mauritian Wildlife Foundation et à Reef Conservation Mauritius pour montrer l’engagement de l’entreprise pour la nature. Le directeur travaille également à élever le savoir-faire mauricien à l’échelle internationale, une initiative qu’il a réussie haut la main. «Aujourd’hui, grâce à l’exposition de nos œuvres dans des galeries d’art à Milan et à Londres, nous avons des clients en Europe, aux USA et en Afrique. Nous sommes également présents sur les deux plus grandes plateformes de Luxe en ligne et nous paraissons dans des magazines internationaux tels que Elle Décoration, AD, ou encore Ideat, preuve de notre succès qui va bien au-delà de notre petite île.» Une nouvelle collection de meubles de luxe attendue en décembre sera, cette fois-ci, produite en édition non-limitée sous le nom de Mavenci. Le passionné de création espère que les clients mauriciens auront autant de fierté à avoir un meuble Cypraea ou Mavenci chez eux qu’un meuble importé. www.LACASE.mu - 35 -