La Sultane #69- La Sultane - Page 22

Esprits Nomades

La table de Jugurtha

Un lieu riche en histoire

La Table de Jugurtha est une montagne du Nord-Ouest de la Tunisie qui porte le nom du célèbre guerrier numide . Située sur le territoire de la municipalité de Kalaat Senan ( gouvernorat du Kef ) à 230 km de la capitale Tunis et à 6 km de la frontière algérienne , ce rocher fortifié est un plateau de 80 hectares , à une altitude de 1200 mètres .

Ses falaises , tombant à pic , ont fait de ce lieu un refuge idéal pour échapper à l ’ ennemi . Son accès n ’ est possible que par la face Nord , par un chemin étroit , creusé dans une faille . Des traces de sabots sont encore visibles sur ces pierres . Tout indique que ce lieu fut une cité primitive . On y découvre des galeries utilisées comme greniers , des restes d ’ habitations , une fortification , des bassins creusés dans la roche pour retenir l ’ eau de pluie et une végétation suffisante pour nourrir le bétail . Tout laisse penser que l ’ homme peut y vivre en autonomie durant une longue période . Ses falaises calcaires décrivent un relief montagneux d ’ une forme quasi ovale de quatre kilomètres de pourtour . On y trouve une mosquée placée sous la protection de Sidi Abdel Daoued qui abrite dans sa cour le tombeau de Brahim Bou Aziz , ancien caïd des Hanencha . En 533 , la plaine sert ainsi de refuge au dernier roi vandale Gélimer pourchassé par les Byzantins . Trois ans plus tard , elle sert de lieu de regroupement de l ’ armée rebelle de Stotzas qui s ’ oppose au patrice Solomon . En 647 , c ’ est sur la Table que les habitants , vaincus par les Arabes , se retranchent . En 686 , à nouveau , les tribus berbères y trouvent refuge après la mort du roi Koceila . Pendant le X ème siècle et le XI ème siècle , la plaine est un refuge pour les premiers Fatimides puis pour les Zirides . En 1283 , l ’ émir hafside de Bejaia Abû Faris y est tué par l ’ usurpateur Ibn Abi-Umara pendant que les survivants de la bataille trouvent refuge sur la montagne . En 1352 , l ’ émir hafside Abû Ishâq Ibrâhîm al-Mustansir y est vaincu par les rebelles . En 1644 , Hammouda Pacha Bey vainc le cheikh des Hanecha , des rebelles dont la Table était l ’ une des places fortes . En 1694 , Hussein ben Ali , soupçonné de trahison par les Mouradites , s ’ y réfugie avant de devenir maître de la régence de Tunis .

Au XVIII ème siècle , la Table aurait servi de refuge au brigand Senane , d ’ où le nom de la ville actuelle de Kalaat Senan (« fort de Senan »). Au XX ème siècle , les Français y établissent une mine , désormais abandonnée . En août 2017 , le ministère des Affaires culturelles entame les premières démarches pour inscrire la Table de Jugurtha sur la liste du patrimoine mondial de l ’ Unesco . Le dossier de candidature est officiellement remis le 28 septembre 2017 au siège parisien de l ’ organisme par le ministre des Affaires culturelles , Mohamed Zine El Abidine . Le projet d ’ ouverture d ’ un musée consacré au site dans l ’ enceinte de l ’ ancien palais présidentiel de Bourguiba est annoncé . Il est également prévu de fournir dans l ’ année qui suit un second dossier axé sur la valorisation et l ’ aménagement du lieu . Jugurtha ainsi que toute la région du nord-ouest tunisien demeurent malheureusement méconnus mais les ouvrages consacrés aux thèmes commencent à voir le jour et de très nombreuses excursions permettent de découvrir ces lieux riches en histoire .
Waley Eddine Messaoudi
LASULTANEMAG . COM
P A G E
22
NUMÉRO # 69