La Sultane 67 - Page 18

Les tatouages d ’ hier et d ’ aujourd ’ hui

Pour les Amazighs d ’ Afrique du Nord , la pratique des tatouages remonte au Néolithique . Ils constituaient des parures qui apportaient de subtiles touches d ’ érotisme . Il permettait aux femmes de se faire belles et de se rendre désirables . C ’ était aussi un moyen d ’ exprimer ses sentiments . Les symboles employés étaient également très importants , car ils servaient à identifier son appartenance tribale , par des dessins géométriques , souvent arborés sur le visage . Ils permettent aussi de clamer son statut social . Ainsi , une veuve portait un tatouage reliant le montant aux oreilles pour symboliser la barbe d ’ un défunt mari . Les dessins aux caractéristiques très géométriques avaient également , selon eux , des vertus magiques . Ils s ’ attachaient à un ensemble de rites païens de sorcellerie . En effet , le tatouage permettait de conjurer le mauvais sort , d ’ éloigner le mauvais œil et d ’ apporter la bonne fortune , la réussite , l ’ élévation sociale et le succès à la personne qui le porte . Les femmes protégeaient leur enfant de la malchance et du mauvais sort en leur dessinant sur le front avec du noir de fumée . Particulièrement , si le jour de la naissance d ’ un enfant coïncide avec un événement néfaste : désastre naturel , décès d ’ un proche , déclenchement d ’ une guerre . Le tatouage possède donc selon eux une fonction de communication entre le corps humain et le monde des esprits . Ce qui ne manquera pas d ’ accentuer sa disgrâce aux yeux des conquérants arabes venus répandre la parole de Dieu . En effet , pour bon nombre de musulmans , le tatouage est synonyme de péché , car il mutile le corps et modifie l ’ œuvre divine . Les imams qui s ’ en sont pris à cette pratique condamnaient surtout tout lien à d ’ anciennes croyances en des éléments surnaturels . Le tatouage avait également une valeur prophylactique et permettait de lutter contre certaines maladies . Ainsi , un tatouage au cou préservait du goitre , un tatouage aux chevilles protégeait le talon d ’ Achille , celui des épaules luttait contre la stérilité ( allez comprendre le rapport ), un tatouage au niveau des poignets empêchait les foulures , tandis que celui au-dessus de l ’ arcade sourcilière soulageait les yeux . Le tatouage s ’ est en partie adapté à cet opprobre islamique en ne représentant jamais l ’ image de l ’ homme . Les femmes , dépositaires des coutumes d ’ une civilisation très ancienne , préfèrent de nos jours , le tatouage au henné , au tatouage permanent de nos ancêtres . Le côté ornemental a pris le dessus depuis longtemps sur le sens magique primitif . Il existe de nombreux rites associés au Henné , lors desquels il reste très présent , même aujourd ’ hui : le rite du mariage , rituel de la « nuit du henné », de la naissance , de la circoncision ... Toutes les femmes ou presque portaient donc de nombreux tatouages sur le front , les tempes , les joues , le nez , le menton , le cou , la poitrine , les doigts , le dessus de la main , l ’ avant-bras , les épaules , le dos , le mollet , la cheville , le tendon d ’ Achille , mais elles n ’ en ont jamais sur le ventre . À l ’ aide pigments issus de substances d ’ origine végétale , du charbon , mélangés à de l ’ eau ou du sang , des motifs et symboles qui leur étaient propres et avaient un sens bien particulier . Les fillettes étaient tatouées , toutes jeunes par des incisions ou des piqûres à l ’ aide d ’ épine de rose ou de cactus . La génération de nos grands-mère est probablement la dernière à s ’ être conformée à ce rituel . Forcées à subir une pratique douloureuse , elles ont rompu avec la tradition ancestrale et n ’ ont pas souhaité faire vivre la même expérience à leurs filles . Les nouvelles normes sociales se mettant en place dès la deuxième moitié du 20 e siècle ont permis d ’ abandonner cette pratique . La condamnation religieuse a facilité cette transition .

Les symboles berbères

Il existe une multitude de tatouage et de symboles , du plus simple au plus complexe . Ils sont tous composés de formes géométriques . Il est difficile de connaître avec exactitude leur signification . En effet , la culture berbère étant essentiellement orale , la transmission de cette connaissance s ’ est arrêtée lorsque nos grands-parents ont décidé d ’ abandonner ces pratiques . Le sens de certains signe nous est tout de même un peu parvenu . Voici une petite liste recueillie sur Internet de ce que nous en savons . :
• Le point symbolise le foyer , qui est au centre de la maison .
• Le croissant de lune est la matière qui naît , grandit et meurt .
• La spirale symbolise l ’ harmonie éternelle .
• Le cercle représente l ’ absolu .
• Les palmiers tatoués sur le front des femmes berbères invoquent la déesse mère .
• Le premier trait vertical symbolise dieu et la vie , ainsi que le premier outil planté en terre par l ’ homme
• Les deux traits symbolisent la dualité entre le bien et le mal qui sommeillent en chacun .
• Le carré est la représentation de la maison et renvoie à l ’ harmonie du foyer . Une femme ayant ce tatouage est attachée à sa famille .
• Deux carrés superposés symbolisent le combat de dieu contre la malédiction et les ténèbres .
• La rosace , composée de triangles : celui qui a la pointe vers le haut symbolise le feu et la virilité , tandis que le triangle avec la pointe en bas représente l ’ eau et la féminité .
• Le plus ( signe +) symbolise l ’ œil de Dieu , l ’ étoile dont la lumière guide l ’ homme dans la nuit . Il s ’ agit d ’ un tatouage symbolisant la recherche de la vérité et de la justice .
• La croix symbolise les deux jambes ou les deux bras de l ’ homme .
• Autres symboles : la palme du palmier , les chevrons , les pectines de sapins , les lignes de vie
• L ’ homme : c ’ est sûrement le symbole le plus r épandu dans les tatouages berbères . Il représente l ’ être humaine et l ’ appartenance à la culture berbère . Ce symbole est également utilisé dans le drapeau kabyle , une des principales cultures berbères .
• Le taureau : c ’ est le symbole de la force et la puissance masculine .
• Le bélier représente la puissance physique et la force . Un tatouage berbère de bélier est un symbole de vie et de générosité .
• Les losanges représentent la femme . Lorsque les extrémités du losange étaient accompagnées d ’ un petit symbole , il représentait l ’ œil-de-perdrix , symbole de beauté et d ’ agilité .
D ’ autres symboles très simples tels que de petites croix ou points sur les tempes , les joues ou le nez semblent être des marqueurs identitaires renvoyant à une appartenance tribale . Malheureusement , leurs sens exacts se sont perdus .

Pour aller plus loin : autres motifs berbères employés dans la céramique , peinture , broderie ...

B . Zine Ez . Zine
LASULTANEMAG . COM
P A G E
18
NUMÉRO # 67