La Sultane #62 - Page 63

Savoir-faire andalou Le minaret est décoré par des étoiles de David qu ’ on trouve couramment dans les mosquées tunisiennes , les portes des maisons et les zaouïas . Ce qui laisse entendre que la communauté juive andalouse est bien intégrée parmi la population et a sans doute contribué à la construction du minaret . Au-dessous de l ’ une des fenêtres est incrusté le cadran d ’ une horloge , particularité qui se trouve rarement dans les minarets de son époque de construction . Par ailleurs , les aiguilles tournent à l ’ envers et les chiffres sont orientés vers le centre .
décoré de revêtements de céramique et d ’ un cadran d ’ horloge . L ’ allure du minaret est proche des clochers aragonais et de ceux du sud de l ’ Espagne . La seconde cour à galerie hypostyle unique couverte en toitures a un pan et une salle d ’ ablution déforment la régularité du plan de la mosquée côté nord-est . Le répertoire décoratif s ’ inspire de l ’ art andalou . Le décor géométrique , le plus répandu , se présente sous diverses formes comme des losanges , des hexagones , des cercles , des étoiles et des rectangles . Quant aux éléments floraux , généralement stylisés , ils prennent la forme de fleurs lancéolées , de rosaces , de feuilles à ordonnance rayonnante autour d ’ un motif central , de feuilles de palmier et de branches de figuier . À ces éléments s ’ ajoutent des marques de maçon . Tous ces motifs décorent les coupoles , la niche inférieure du mihrâb ainsi que des panneaux de stuc .

Savoir-faire andalou Le minaret est décoré par des étoiles de David qu ’ on trouve couramment dans les mosquées tunisiennes , les portes des maisons et les zaouïas . Ce qui laisse entendre que la communauté juive andalouse est bien intégrée parmi la population et a sans doute contribué à la construction du minaret . Au-dessous de l ’ une des fenêtres est incrusté le cadran d ’ une horloge , particularité qui se trouve rarement dans les minarets de son époque de construction . Par ailleurs , les aiguilles tournent à l ’ envers et les chiffres sont orientés vers le centre .

Testour est connue dans le monde arabe pour le festival international de malouf et de musique arabe et traditionnelle qu ’ elle abrite depuis 1967 . Et pour cause , la ville a connu une vie religieuse intense , notamment avec d ’ illustres savants comme Ali Al-Coundi ( mort en 1708 ), Ibrahim Riahi ( mort en 1850 ), mais aussi grâce à la transcription des manuscrits et à la propagation des confréries mystiques comme la Issawia , qui conjugue dans les zaouias avec le Malouf , la noria ... Ville du Maalouf , du fromage ricotta , des grenadiers , des abricotiers et des oliviers ( vocation agricole renforcée depuis 1982 par le barrage de sidi Salem ), Testour renoue petit à petit avec son prestige d ’ antan . À l ’ heure où nous rédigeons ces lignes , Une course de 16 km en musique lancée sous le nom « Jogg ’ art » permet de redécouvrir la ville sous un nouveau jour . Et c ’ est exactement ce dont cette ville historique a cruellement besoin : qu ’ on la redécouvre , qu ’ on lui rende la place qu ’ elle mérite , qu ’ on y construise des musées , des cinémas , des théâtres , des routes , des infrastructures et que les jeunes y jouent un rôle important . C ’ est le devoir de tout tunisien .
P A G E
63
NUMÉRO # 62