La Sultane #62 - Page 61

Le charme andalou Les noms des familles ainsi que les archives attestent que pendant près d ’ un siècle et demi , les « testouriens » ont continué à parler espagnol et à observer certaines traditions comme la pratique de la Corrida . Ses ruelles , ses maisons de plus de 600 ans et les quartiers de la Rhiba , de la Hara et bien sûr de Tagarin en font l ’ une des villes les plus anciennes de Tunisie . Elle est en outre encore très imprégnée du cachet andalou que l ’ on retrouve dans des habitations

Après la Reconquista et avoir été chassés d ’ Espagne par les rois catholiques , les andalous ou comme on les nomme communément les morescos ( les maures ), trouvent refuge en Afrique du nord . Alors que les espagnols de confession juive élisent domicile au Maroc , les andalous musulmans s ’ éparpillent un peu partout entre le Maroc ( Fès ), l ’ Algérie ( Tlemcen ) et bien entendu la Tunisie , apportant avec eux leurs us et coutumes et enrichissant par la même la vie politique , culturelle et sociale des pays concernés . Mais l ’ histoire de l ’ émigration des andalous en Tunisie commence avant la chute de

Grenade survenue en 1492 , bien qu ’ elle se soit néanmoins intensifiée depuis cette date . Elle s ’ est même prolongée sur deux siècles avant l ’ expulsion totale de tous les maures andalous de la péninsule ibérique en 1610 . Les autorités turques qui gouvernent alors la Tunisie les accueillent à bras ouverts . En effet Othman Day et après lui Youssef Day jugent cette population active et bien instruite et favorisent son implantation dans la capitale ainsi que dans les régions du nord tunisien . Parmi ces maures , un groupe se détache : les Tagarins . Venus de Castille et d ’ Aragon ces derniers portent leur choix sur une région située à 76 Km de l ’ ouest de la capitale Tunis , au Nord de la Tunisie . Une région particulièrement fertile qui s ’ étale sur la rive droite du fleuve de Medjerda et se trouve sur la route qui relie Tunis capitale à l ’ Algérie . Située sur les restes du village romain de Tachilla , Testour ne manque pas d ’ eau et devient rapidement une grande plaine cultivée et entourée d ’ oliviers .

Le charme andalou Les noms des familles ainsi que les archives attestent que pendant près d ’ un siècle et demi , les « testouriens » ont continué à parler espagnol et à observer certaines traditions comme la pratique de la Corrida . Ses ruelles , ses maisons de plus de 600 ans et les quartiers de la Rhiba , de la Hara et bien sûr de Tagarin en font l ’ une des villes les plus anciennes de Tunisie . Elle est en outre encore très imprégnée du cachet andalou que l ’ on retrouve dans des habitations

P A G E
61
NUMÉRO # 62