La Sultane #62 - Page 15

souvent les situations . En Tunisie de nos jours , l ’ instinct de survie prime sur tout le reste . Nous éprouvons toujours le besoin d ’ aller ailleurs et d ’ obtenir plus . Cet état d ’ esprit engendre une focalisation égoïste : chaque personne se soucie exclusivement de son propre confort . Elle n ’ a ni le temps , ni l ’ envie , ni l ’ énergie de se soucier du bien-être des autres . L ’ idée même d ’ être aimable , de témoigner de l ’ intérêt pour les autres , de faire preuve d ’ empathie passe au mieux pour un luxe , au pire pour de la bêtise . Pourtant , penser aux besoins des autres , réduit nos angoisses et anxiétés . Permets-moi de te parler d ’ une étude réalisée en 2013 par Barbara Fredrickson pendant six semaines , afin de tester les effets de la méditation sur le stress . Au lieu
de se concentrer sur un mantra , la respiration ou le son d ’ une cloche , les participants ont été invités à se concentrer sur les pensées bienveillantes envers eux-mêmes et envers les autres , y compris des personnes qu ’ ils n ’ aimaient pas . Après six semaines , les participants ont subi des examens pour voir les effets de leur pratique sur le nerf vague . Une amélioration du tonus vagal a été observée chez les participants qui ont déclaré avoir eu une augmentation des sentiments positifs . Comme pour toute chose , avec de la pratique , exprimer de la bienveillance devient plus facile . Elisha Goldstein explique qu ’ en effectuant de bonnes actions envers les autres , nos habitudes mentales de rigidité et de négativité diminuent .
P A G E
15
NUMÉRO # 62