L'ÉCO, la revue de l'environnement du Saguenay Lac-saint-Jean Automne 2017 - Page 10

10

Résultats

Les résultats sont résumés dans le graphique de la figure 1. L’axe horizontal est la vitesse du vent. Sur l’axe vertical, on voit la production électrique relative en référence au cas de 2013 (8.5m/s) avant les changements de pale et de contrôles. Par exemple une valeur de 1.2 signifie que l’éolienne produit 20% de plus que le cas de référence. Nous avons mis sur le graphique la courbe de référence avant les changements (bleue), celle suite aux changements des pales en janvier 2014 (orange) et celle suite au changement des systèmes de contrôle de l’éolienne en septembre 2014 (brune).

L’éolienne aux abords de l’autoroute ? Un site expérimental du Cégep de Jonquière !

Figure 1

Problématique

Depuis 2012, la chaire en technologies des énergies renouvelables et du rendement énergétique (TERRE) du Cégep de Jonquière exploite une éolienne Eocycle de 25 kW. Les performances et la fiabilité des systèmes nécessitent une amélioration continue afin de rendre le produit plus fiable et compétitif. C’est dans ce cadre de recherche appliquée avec la Chaire TERRE et les partenaires que les pales de l’éolienne et les systèmes de contrôle ont été remplacées en 2014 par de nouveaux équipements de seconde génération. L’objectif du projet étant de quantifier les variations de performances dues à ces changements du système.

Méthodologie

Pour ce faire, l’acquisition des données du mât de mesure météorologique adjacent à l’éolienne (Figure 1) est incontournable pour caractériser l’environnement et l’énergie incidente du vent frappant l’éolienne. Il s’agit d’une tour monopôle de 40 m constituée de trois sections tubulaires en acier superposées ainsi que d’un paratonnerre. Le mât comporte quinze capteurs météorologiques étalonnés selon les standards. L’acquisition des données se fait en parallèle sur deux systèmes installés dans un boitier chauffant au pied du mât (figure 2). Les données sont acquises par un système standard (en bleu) ainsi que par un automate qui nous donne les différentes valeurs météorologiques en temps réel. Un capteur mesurant l’électricité produite par l’éolienne est aussi raccordé au même automate. Les données peuvent ainsi être consultées et des rapports peuvent être produits avec des logiciels spécialisés. Afin de s’assurer de la qualité de la sélection et du traitement des données, une procédure standardisée a été montée afin de calculer adéquatement les performances de l’éolienne.