Group of Women Parliamentarians FRE (website) - Page 37

Rapport de la Rencontre annuelle du Groupe des femmes parlementaires

35

Les défis d’une participation politique significative au Mexique

Mme Sauri a partagé ses connaissances des enjeux de la participation politique des femmes au Mexique, à partir de son expérience d’ancienne parlementaire et de première femme à gouverner Yucatan. Elle a appuyé sans réserve l’élément central soulevé lors de la Rencontre : les lois, réformes juridiques et politiques publiques sont indispensables, mais elles ne sont pas suffisantes pour garantir l'égalité réelle pour les femmes. Même si le nombre de femmes en politique est important, et s’il reste encore beaucoup à faire pour atteindre la parité à ce niveau, elle a souligné que c'est surtout nos systèmes de valeurs et nos pratiques sociales qui nécessitent une transformation radicale. Le principal obstacle à l'égalité des sexes se situe dans cette résistance sociale aux changements prévus par la loi, difficile à cerner, mais extrêmement efficace pour préserver le statut quo.

Mme Sauri a expliqué que 2015 sera la première année durant laquelle les partis politiques mexicains devront se conformer à une réforme constitutionnelle qui oblige à la parité entre les sexes dans la nomination des candidats aux élections fédérales. Au cours des dernières années, afin de donner l’illusion de se conformer aux lois relatives aux quotas sur les listes électorales, des femmes candidates ont été choisies dans des circonscriptions où il était attendu qu’elles perdraient. Dans certains cas, les dirigeants du parti ont d’ailleurs été surpris lorsque ces candidates ont finalement été élues.

Mme Sauri a ensuite décrit les trois étapes de l’évolution de l'émancipation politique des femmes au Mexique, une situation comparable – chronologiquement – avec l’évolution générale de la participation des femmes à la vie politique dans de nombreux pays. Tout d'abord, au début des années 1950, les femmes obtiennent le droit de vote et de se présenter aux élections. À cette étape, les obstacles se situent dans l'ambiguïté de la loi écrite, et des changements constitutionnels doivent être effectués.