Group of Women Parliamentarians FRE (website) - Page 31

Rapport de la Rencontre annuelle du Groupe des femmes parlementaires

Perspectives de parlementaires sur les obstacles dans leur pays

29

Les participants à la séance ont partagé leurs connaissances et expériences des obstacles auxquels font face les femmes dans leurs pays, ainsi que les obstacles auxquels ils ont dû faire face comme femmes parlementaires actives dans la promotion d’une véritable égalité des chances.

Pauvreté, éducation déficiente et problèmes de santé: les défis à Sainte-Lucie

La ministre Reynolds a commencé en mentionnant qu’à Sainte-Lucie les stéréotypes de genre ont un impact direct sur l'accès aux soins de santé, à l'éducation et aux opportunités économiques. Se référant à son expérience au Ministère de la santé, du bien-être, des services sociaux et des affaires familiales elle a affirmé que les attitudes et pratiques fondées sur l'infériorité des femmes se manifestent dans de nombreuses institutions sociales comme la famille, l’église ou le travail.

Ainsi, les femmes subissent de manière disproportionnée pauvreté, maladie et violence. À Sainte-Lucie, 28,8 % de la population est statistiquement pauvre, et un nombre important des ménages pauvres sont dirigés par des femmes. Les femmes sont plus susceptibles de souffrir de maladies non transmissibles, comme les maladies chroniques liées au mode de vie. Elles sont également plus touchées par les infections transmissibles, y compris le VIH/Sida pour le groupe d’âge des 15-24 ans. Les taux d'abus sexuels signalés sont nettement plus élevés chez les filles et en vieillissant les femmes sont également plus susceptibles d’être les victimes d'abus envers les personnes âgées.

La violence à l’égard des femmes et des filles est une violation des

droits de la personne ainsi qu’un problème de santé publique

a déclaré la ministre Reynolds. « Cette violence a un impact négatif direct sur plusieurs questions importantes de santé, y compris les grossesses sans risques, la planification familiale, les problèmes de santé mentale comme la dépression et le stress, et la prévention des infections sexuellement transmissibles tel que le VIH/Sida. Cette violence représente un fardeau additionnel sur le système de santé publique, et draine d’importantes ressources financières qui pourraient être utilisées pour d’autres services du secteur public tel que l’éducation. »

Le niveau d'éducation des femmes a également un impact sur la qualité de leur santé et de la santé de leurs enfants. Les femmes ayant un faible niveau d'éducation ont un accès limité à la contraception, sont moins disposées à négocier des pratiques sexuelles sécuritaires et sont plus vulnérables à l'exploitation sexuelle. Les mythes et tabous concernant la sexualité, la masculinité et la féminité exacerbent ces problèmes.

"

"