Group of Women Parliamentarians FRE (website) - Page 23

Rapport de la Rencontre annuelle du Groupe des femmes parlementaires

La dépénalisation de l'avortement en Uruguay

La sénatrice Moreira a commencé sa présentation en rappelant que l'Uruguay est considéré comme un pionnier dans les Amériques en matière de droits de la personne, d'égalité des sexes et de politiques sociales inclusives. En effet, plusieurs indicateurs mondiaux confirment la réputation progressiste de ce pays. Elle a précisé, cependant, que le statut de l'Uruguay comme pays le plus laïque en Amérique latine ainsi que sa tradition démocratique relativement stable sont les facteurs les plus importants qui expliquent les progrès du pays plutôt que la capacité des femmes à mener à bien ces changements. En effet, le pays accuse un retard important au niveau de la représentation des femmes à l'Assemblée législative : les femmes ne constituent que 13 % des parlementaires et 13 % des membres du cabinet (ministres).

Elle a souligné que la plupart des progrès pour les femmes ont été réalisés dans le cadre du « nouvel agenda des droits de la personne » du parti politique Front Uni de l'actuel président José Mujica (« le président le plus pauvre du monde »). Ce parti a facilité l'adoption de la Loi sur l'égalité du mariage – loi dont, comme l’a souligné la sénatrice Moreira, l’aspect le plus controversé était de permettre la transmission du nom de la mère à ses enfants, plutôt que la disposition légalisant le mariage homosexuel - et la Loi sur la règlementation de la marijuana récréative .

Le Front Uni a également mené les efforts dans la longue lutte qui a décriminalisé l'avortement avec la Loi sur l’interruption volontaire de grossesse. Avant son adoption, la loi a été présentée six fois et l’ancien président y avait opposé son veto. Le projet de loi a si souvent échoué que la devise de ses supporters est devenue :

La bataille n'est perdue que si elle est abandonnée

"

"

2 1