Group of Women Parliamentarians FRE (website) - Page 22

développement et la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité.

En plus des efforts du gouvernement fédéral, la sénatrice a également mentionné les efforts considérables déployés par les législatures provinciales afin d'accroître le rôle des femmes dans la vie politique. Elle a rappelé un fait marquant important : sur les dix provinces du Canada, six sont ou ont été dirigées par des femmes.

« Bien évidemment, je viens de vous dresser un portrait somme toute, fort encourageant et très positif de la situation canadienne », a-t-elle noté. « Il reste encore plusieurs domaines où nous devons nous améliorer. » La sénatrice Fortin-Duplessis a ensuite discuté de la situation des femmes dans le secteur privé. Seulement 13,5 % des petites entreprises et 4 % des petites et moyennes entreprises (PME) appartiennent exclusivement à des femmes, tandis que 54 % et 66 % de ces entreprises appartiennent exclusivement à des hommes. De plus, les femmes ne représentent qu’une infime minorité des membres des conseils d'administration, détenant à peine 5 % de ces postes. Pour remédier à cette situation, le gouvernement du Canada a créé un comité consultatif composé de dirigeants des secteurs public et privé afin de plaider en faveur de l’inclusion d’un plus grand nombre de femmes sur les conseils d'administration des entreprises. Le rapport final et les recommandations de ce comité seront publiés plus tard cette année.

La sénatrice Fortin-Duplessis a conclu en soulignant qu'à l'échelle internationale, l'égalité complète et durable entre les hommes et les femmes doit être l’objectif principal que l’on doit chercher à atteindre. Il est évident que des progrès significatifs ont été réalisés et elle espère que tous les participants à cette Rencontre continueront ce bon travail.

De l’égalité formelle à l’égalité substantielle

Article 15 de la Charte canadienne des droits et libertés

15. (1) La loi ne fait acception de personne et s’applique également à tous, et tous ont droit à la même protection et au même bénéfice de la loi, indépendamment de toute discrimination, notamment des discriminations fondées sur la race, l’origine nationale ou ethnique, la couleur, la religion, le sexe, l’âge ou les déficiences mentales ou physiques.

(2) Le paragraphe (1) n’a pas pour effet d’interdire les lois, programmes ou activités destinés à améliorer la situation d’individus ou de groupes défavorisés, notamment du fait de leur race, de leur origine nationale ou ethnique, de leur couleur, de leur religion, de leur sexe, de leur âge ou de leurs déficiences mentales ou physiques.