Group of Women Parliamentarians FRE (website) - Page 11

de violence conjugale, mais les impacts différenciés selon le sexe de cette violence sont maintenant beaucoup plus analysés. De nouvelles lois condamnent maintenant la violence sexuelle dans les lieux publics – une forme de violence qui, selon Dre Incháustegui, est devenue de plus en plus explicite ces dernières années. En outre, les cadres juridiques de onze pays3 reconnaissent maintenant le crime de féminicide. Finalement, de nombreux pays des Amériques ont criminalisé le viol conjugal, longtemps ignoré ou même toléré par la loi.

Dre Incháustegui a ensuite évalué les progrès spécifiques réalisés au Mexique, notamment les mesures d’actions positives, la budgétisation tenant compte du genre et les réformes constitutionnelles. Elle a souligné trois textes législatifs ayant orienté les politiques publiques au cours des dernières années : la Loi générale relative à l'accès à une vie sans violence pour les

Rapport de la Rencontre annuelle du Groupe des femmes parlementaires

DES EXPÉRIENCES PROMOUVANT UNE LÉGISLATION ET

DES PROGRAMMES FAVORABLES AUX FEMMES

9

Conférencière invitée : Dre Teresa Incháustegui Romero

Dre Incháustegui a obtenu un baccalauréat en sociologie de l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM) et un doctorat en sciences sociales de la Faculté latino-américaine de sciences sociales (FLACSO). Elle a enseigné dans des établissements universitaires prestigieux et elle est présentement professeure et chercheuse dans le programme d’études supérieures de lettres et sciences humaines et de sciences sociales de l’UNAM. Elle a été membre de la Chambre fédérale des Députés dans le cadre de la 61e Législature, où elle a été présidente de la Commission de surveillance des féminicides, secrétaire de la Sécurité publique et membre de la Commission sur l’égalité des chances et l’égalité hommes-femmes et de la Commission sur la gouvernance. À titre de fonctionnaire, elle a fondé et dirigé le Centre d’études pour la promotion de la condition féminine et de l’égalité des sexes de la Chambre des Députés et elle a occupé plusieurs postes de haut niveau à l’Institut national de la condition féminine du Mexique. Elle a écrit plus de trois douzaines d’articles publiés dans des livres et des revues universitaires.