Edition spéciale février 2018 Édition spéciale du canton de Genève - Page 9

de l’Union Démocratique du Centre du Canton de Genève | www.udc-ge.ch EDITORIAL Vous avez deux vaches… Yves Nidegger Candidat au Conseil d’Etat. Thomas Bläsi Page 12 Candidat au Conseil d’Etat. Chers (é)lectrices et (é)lecteurs genevois, Pour la moitié d’entre vous que les partis politiques déçoivent, agacent ou ennuient, et pour qui l’abstention est devenue un mode d’expression, cet éditorial est pour vous : il vous invite à reconsidérer votre choix plutôt que de laisser d’autres choisir à votre place. Stéphane Florey Page 13 ! e V i T a i T i n siGneZ l’i e r u t a n g i s e d n Carto l a n r u o j u d r u e i r à l’inté PaGe 8 Candidat au Conseil d’Etat. Page 14 • ni discriminé à l’embauche • ni obligés de consentir à des réductions de salaire en raison de la libre circulation des étrangers PaGe 11 Pour l’autre moitié, celle qui s’exprime régulièrement lors des élections et des votations, et qui tient à le faire en connaissance de cause, cet éditorial est aussi pour vous : sur le ton des blagues de potaches parodiant les exemples de leurs professeurs en cours d’introduction à l’économie, il vous propose un résumé caricatural, donc véridique, de ce qui vous attend en fonction de ceux pour qui vous allez voter lors des élections cantonales de ce printemps 2018 : une part du lait, l’Etat vous fout la paix, garde les frontières et assure la sécurité intérieure moyennant une fiscalité raisonnable. UDC : Vous avez deux vaches, vous trayez la première, vos voisins vous aident à traire la seconde, vous les récompensez équitablement avec MCG : Vous avez deux vaches, l’Etat abat la tricolore et vend la rouge et jaune pour alimenter la cagnotte de la police. SOLIDARITÉS : Vous avez deux vaches, un référendum décide à qui appartient le lait. PARTI DU TRAVAIL : Vous avez deux vaches, vous êtes fusillé, les vaches sont nationalisées et l’Etat distribue le lait aux clandestins les plus idéologiquement méritants. Suite de l’éditorial en page 10 Centres pour migrants : au peuple de décider ! Les habitants d’Onex, Veyrier, Bernex, Thônex, etc. sont mis devant le fait accompli et doivent supporter des centaines de migrants illégaux dans leur entourage. Dans les faits, peu de familles victimes du conflit syrien mais plus souvent des hommes célibataires d’Afghanistan, d’Irak ou d’Erythrée animés par des motivations économiques. Cette cul- ture de la bienvenue imposée par les élites s’est traduite en Allemagne par des agressions de masse, sauvages et planifiées à l’encontre des jeunes fem- mes. Pourquoi devrait-on continuer à attirer des migrants très loin de chez eux pour les entasser dans des com- munes genevoises en mal de loge- ment? A l’UDC, nous pensons que la sécurité des habitants de nos commu- nes, en particulier des femmes et des enfants, est prioritaire. De plus en plus de personnes affluent en Suisse notamment en raison du ni- veau élevé des prestations sociales dé- livrées et de l’assurance d’une prise en charge totale et illimitée dans le temps. Cet afflux massif de requérants d’asile impacte nos finances cantonales car les forfaits globaux versés par la Con- fédération ne suffisent pas à compen- ser les frais générés par les deman- deurs d’asile pas plus que les dépenses de santé et d’instruction publique oc- casionnées par ces personnes. Le for- fait unique versé par la Confédération à l’obtention du permis B ne permet de prendre en charge qu’une partie du forfait d’intégration. Les requérants d’asile viennent grossir le flot des bé- néficiaires durables de l’aide sociale de demain. A la différence des autres partis hosti- les à l’idée que le Peuple s’exprime, l’UDC souhaite que corps électoral communal puisse se prononcer démo- cratiquement sur les décisions d’autorisation de construire des cen- tres d’accueil pour migrants dans leur commune. C’est en effet le corps élec- toral de la commune, et non les édiles qui vivent dans des quartiers préser- vés, qui est le premier concerné par les externalités d’un centre d’accueil pour requérants d’asile.