Edition spéciale février 2018 Édition spéciale du canton de Genève - Page 3

3 Bientôt une Suisse à 11 millions d’habitants? Sans contrôle et sans limitation de l’immigration, la Suisse sera étouffée par la surpopulation. Les 10 à 11 millions habitants pronostiqués seront insupportables pour notre pays. 8, 2 5 017 Mio. fin io. 11 0 M ? 204 io la . lib (ann re ée circ 20 ul 02 at , ion) 7, 2 duct M ion de intro La Suisse compte aujourd’hui 8,5 millions d’ha­ Nous sommes à l’étroit en Suisse bitants. Elle en avait 1,7 million il y a deux Une comparaison: la Suisse compte aujourd’hui à peu près le siècles, 3,2 millions en 1900 et 7,2 millions en même nombre d’habitants que notre voisin de l’est, l’Autriche. l’an 2000. Depuis l’introduction de la libre cir­ Mais ce pays à une superficie deux fois plus grande et, bien qu’il culation des personnes en 2002, la population soit également traversé par les Alpes, l’espace habitable y est s’est accrue de 17% et la proportion d’étrangers beaucoup plus grand qu’en Suisse. Nous vivons aujourd’hui a atteint 25 % malgré une naturalisation force­ déjà très à l’étroit dans notre pays. Les zones naturelles qui nous Céline Amaudruz, permettent de nous ressourcer se rétré­ Vice-présidente de l’UDC née de 40 000 personnes conseillère nationale, en moyenne annuelle. Les zones naturelles cissent comme peau de chagrin. Trop d’ha­ Genève bitants égale moins de qualité de vie. La L’Office fédéral de la sta­ constante immigration de masse que nous tistique prévoit pour qui nous permettent subissons dépasse nos possibilités. l’année 2035 une population résidante de 10 de nous ressourcer se millions d’individus. «Avenir Suisse» estime Une émigration serait utile même qu’il serait judicieux de se préparer à rétrécissent comme Il serait utile et raisonnable de non seule­ 11 millions d’habitants. Sincèrement, je n’ai peau de chagrin . ment stopper l’immigration, mais aussi de aucune envie d’une telle Suisse. Je vais au contraire me battre pour que mon pays ne soit pas totalement sub­ veiller à une émigration significative. Nous y gagnerions tous de mergé, pour que nous ne nous réveillions pas un beau matin comme la place. Moins d’habitants signifie aussi moins de bouchons étrangers dans notre propre pays. sur les routes et moins de trains bondés. On trouverait à nou­ Jamais encore la proportion d’étrangers dans la population résidante de Suisse n’a été aus- si importante. La part de 25 % d’étrangers qu’affiche la Suisse est deux fois plus élevée que dans tous les autres pays d’Europe, excep- tion faite du Luxembourg. Malgré les lourdes conséquences de l’immigration incontrôlée, Michael Buffat, conseiller national, l’élite politique et économique de Suisse conti- Vuarrens (VD) nue de considérer la libre circulation des per- sonnes comme une vache sacrée. (chiffres en %) 45 La réalité est différente: depuis l’introduction de la libre circulation des personnes, une masse de ressortissants de l’UE non qualifiés cherchent à décrocher un emploi dans le pays à haut salaire qu’est la Suisse. Et c’est sans compter les nombreux immigrants extra-européens à la re- cherche d’un emploi. Si nos œuvres sociales sont si fortement mises à contribution, c’est parce que les immigrants ne s’intègrent pas – n’en déplaise aux rêveurs socialistes. Les sommes énormes d’argent des contribuables dépensées au titre des «mesures d’intégration» n’y changent pas grand-chose. Dans la réalité, l’intégration se heurte à l’ab- sence de connaissances linguistiques, au manque de qualification ou tout simplement à l’absence de volonté de s’intégrer. Plus de 25% des rentiers AVS étrangers touchent des prestations complémentaires alors 46,5% 46,6% Part des étrangers au chômage 2016 Part des étranger à l ’ assistance sociale 2015 40 35 30 La proportion d’étrangers profitant de nos institutions sociales dépasse largement la part de ces derniers dans la population totale. Pourtant, les défenseurs de la libre circulation des personnes ne cessent de clamer que seules des personnes hautement qualifiées et ayant conclu un contrat de travail viennent en Suisse. 25 25% 20 15 10 5 0 Part des étrangers dans la population (Sources: 2016 OFS / SECO / SEM): Il faut agir maintenant En bétonnant notre pays pour accueillir 10 ou 11 millions d’ha­ bitants, nous détruisons notre base vitale. La Suisse se distingue encore par des paysages exceptionnels que des foules de tou­ ristes viennent admirer. La prospérité dépend de la productivité et de la croissance économique par habitant. Or, sur ce point, nous perdons un terrain considérable depuis que nous avons conclu la libre circulation des personnes avec l’Union euro­ péenne. Et depuis que notre système d’asile est abusé et ridicu­ lisé par des dizaines de milliers de faux réfugiés arrivant d’Afrique et d’Orient. Il est grand temps d’agir. Reprenons pos­ session de notre pays! Maîtriser la libre circulation des personnes Proportions d’étrangers vivant des institutions sociales suisses 50 veau des places de parc dans les villes et les files devant les cinémas, les shops Swisscom ou les centres commerciaux seraient moins longues. Les Suissesses et les Suisses de plus de 50 ans n’auraient plus à craindre pour leur emploi. Les enfants seraient moins nombreux dans les classes d’école, donc mieux suivis. Jusqu’à récemment encore, le principe élémentaire de la démocratie suisse faisait l’unanimité: c’est la volonté de la majorité qui l’emporte. Les choses ont brutalement changé depuis la vi olation de la Constitution en 2016. Cette année-là, la majorité du Parlement a refusé d’appliquer l’initiative contre l’immigration de masse qui avait été approuvée par la majorité du peuple et des cantons. L’initiative sur la limitation a été lancée pour mettre définitive- Stopper l’immigra tion de masse! ment fin à la démesure de la libre circulation des personnes. Depuis l’introduction de la libre circulation complète des personnes avec l’UE en 2007, nous subissons année après année une immi­ gration moyenne nette de 55 000 personnes en provenance de l’UE. Cela signifie, pour utiliser une image, que chaque année une ville de la taille de celle de Bienne sort de terre en Suisse. La Suisse ne peut à la longue supporter ce développement qui a des conséquences désastreuses pour notre pays: baisse de la qualité de vie, stress provoqué par la promis­ cuité, surcharge des infrastructures, bétonnage de nos beaux paysages, pillage des institutions sociales, évic­ tion des travailleurs âgés qui sont poussés au chômage. Signez maintenan t l’initiative de limitation. Veuillez signer la liste, Initiative populaire que seul 11% des Suisses en bénéficient. L’UDC est la seule force poli- tique qui s’oppose à ce dangereux développement et qui se bat pour assurer la prospérité et le bon fonctionnement du système social, égale- ment pour les générations à venir. Seuls les électrices et électeurs en majuscules!) 1 e boîte aux lettres. Un grand merci pour votre modérée (initiative soutien! de limitation) » ie fédérale après la commune indiquée le scrutin; Date de naissance 3 en tête de la liste peuvent exacte (jour/mois/année) Adresse exacte RS 0.142.112.681; RO 2002 1529 y apposer leur signature. Les citoyennes et les citoyens qui appuient la demande doivent la signer de leur main. Commune politique : x (rue et numéro) Signature manuscrite Contrôle (laisser en blanc) 2 3 Celui qui se rend coupable fixé par la Chanceller en matière fédérale dans N o postal: x Nom, Prénom (écrire à la main et si possible de corruption active ou passive relativemen t à une récolte de signatures A renvoyer complè ou celui qui falsifie le résultat d’une récolte de signatures Plus d’informations tement ou partiellement rempli effectuée à l’appui d’une à l’adresse suivant ou commande / initiative populaire est punissable téléchargement e: selon l’article 281 respectivem de listes de signatu Comité pour une immigration Le comité d’initia ent l’article 282 du code modérée, res: initiative-de-lim tive se chargera pénal. itation.ch et info@in Case postale 54, 8416 Flaach. de demander l’attesta Expiration du délai itiative-de-limit tion de la qualité imparti pour la récolte ation.ch d’électeur des signata des signatures: 16.7.201 Le / La fonctionnaire ires. 9 soussigné / e certifie le droit de vote en que les matière fédérale (nombre) signatai dans la commun res de l’initiative e susmentionnée populaire dont les et y exercent leurs noms figurent ci-dessu droits politiques. s ont Lieu: Nos PME étouffent sous les taxes force de notre pays, mais aussi celle du citoyen, pour qui je m’emploie à combattre toutes nouvelles charges financières. Tous ces impôts dégui­ sés appauvrissent le peuple et c’est à chaque fois une perte supplémen­ taire de son pouvoir d’achat. J’ai trouvé à l’UDC des gens qui dé­ fendent ces mêmes valeurs. De mûres réflexions n’ont fait que conforter mon idée que l’UDC était le parti qui défendait le mieux les PME et le citoyen contribuable, c’est pourquoi j’y ai adhéré. déposer dans la prochain une immigration Une politique d’immigration moderne Cette initiative exige en plus que l’ac­ cord sur la libre circulation des per­ sonnes soit aboli par la voie de la négo­ ciation au plus tard une année après l’acceptation de l’initiative par le peuple et les cantons. Si cette voie s’avère im­ possible, le Conseil fédéral devra rési­ lier l’accord en l’espace d’un mois sup­ plémentaire. Seule l’initiative sur la limitation permet à la Suisse de mener à nouveau une politique d’immigration moderne, une politique qui ne répond pas seulement aux intérêts de l’UE, mais aussi à ceux de la Suisse. ayant le droit de vote Canton: x Nr. J’ai décidé de m’engager parce que la politique reste le moyen le plus effi­ cace de faire entendre sa voix et ses idées. Lorsque vous êtes directeur d’une entreprise de transports ou de voyages en autocars, vous vous aper­ cevez que les décisions qui sont prises ont une influence directe sur vos activités au quotidien. J’en veux pour preuve la stratégie énergétique et la politique des transports qui sont régulièrement prétextes à de nou­ velles taxes. Mon engagement est axé sur la défense des PME qui font la la découper ici et la fédérale « Pour Publiée dans la Feuille fédérale le 16.1.201 et conformément 8. Les citoyennes à la loi fédérale du et citoyens suisses 17 décembre 1976 soussignés ayant La Constitution 1 est le droit de vote demand sur les droits politiqu modifiée comme es (art. 68s.): ent, en vertu des articles suit : Art. 121b Immigr 34, 136, 139 et 194 ation sans libre circulat de la Constitution 1 La Suisse règle de ion des personnes fédérale manière autonom 2 e l’immigration des Aucun nouveau traité étrangers. international ne sera des personnes à des conclu et aucune ressortissants étrange autre nouvelle obligatio 3 Les traités internat rs. n de droit internat ionaux et les autres ional ne sera contract obligations de droit ée qui accorde Art. 197 ch. 12 2 raient un régime de international existant libre circulation s ne pourront pas 12. Disposition transitoi être modifiés ni étendus re ad art. 121b (Immigra de manière contrair 1 Des négociations tion sans libre circulatio e aux al. 1 et 2. seront n des personnes) circulation des personn menées afin que l’Accord du 21 juin 1999 3 es cesse d’être en 2 Si cet objectif n’est vigueur dans les douze entre la Confédération suisse d’une pas atteint, le Conseil part, et la Commu nauté européenne fédéral dénonce l’accord mois qui suivent l’acceptation de l’art. 1 et ses Etats membre 121b par le peuple RS 101; 2 Le numéro visé à l’al. 1 dans un s, d’autre part, sur définitif de la présente et les cantons. délai supplémentaire la libre disposition transitoire de 30 jours. sera Date: Jean-Daniel Chardonnens est un entrepre- neur actif dans le monde du transport à Fétigny (FR) Une gestion autonome s’impose L’initiative sur la limitation exige, pre­ mièrement, une base constitutionnelle permettant à la Suisse de régler de ma­ nière autonome l’immigration sur son territoire et interdit, deuxièmement, au niveau constitutionnel la démesure de la libre circulation des personnes. Les accords internationaux ne pourront plus contrevenir à ce principe. La / Le fonctionnaire Fonction officielle: Sceau: compétent/e: Signature manuscrite: Natalie Rickli, conseillère nationale, consultante en communication, Winterthour (ZH)