Edition spéciale février 2018 Édition spéciale du canton de Genève - Page 13

13

Thomas Bläsi veut refonder la relation entre la politique et la population

Le temps n ’ est pas aux grands desseins institutionnels . Il est à un travail patient , au plus près du terrain , pour faire vivre Genève .

GRAND CONSEIL

Nos candidats
André DUTRUIT Conseiller municipal , Retraité , 1960 Meyrin
Les autorités doivent écouter le Souverain , repérer les bonnes idées et non prétendre tout savoir par eux-mêmes , ni tout régenter . Les exigences de la séparation des pouvoirs invitent à chercher la bonne distance entre les institutions , en privilégiant la collaboration sur la connivence . Je suis candidat au Conseil d ’ Etat pour porter un projet avec une équipe autour de moi et avec la volonté de profondément refonder la relation entre le « politique » et la population . Je rêve d ’ une droite genevoise qui donnerait envie aux électeurs de voter pour elle , inscrite dans son temps , et qui vivrait la politique comme une lutte collective et désintéressée pour défendre des idées d ’ avenir , et non comme une lutte personnelle et égocentrique pour prendre et conserver le pouvoir . Si je suis élu , je désire me rapprocher du modèle zurichois de prise en charge hospitalière , en permettant l ’ accès aux cliniques privées pour les assurés LAMAL de base . Une participation financière au programme de recherche fondamentale et universitaire de l ’ hôpital cantonal , des cliniques privées permettant de ne pas pénaliser ce dernier . Assainir les finances des PME par l ’ amortissement de 100 ’ 000 frs sur
cinq ans , permettant de consolider les places de travail existantes et d ’ en créer à moyen terme . Le rétablissement des douaniers aux postes frontières pour la mise en place d ’ un contrôle systématique des flux de marchandises , qui constitueront autant d ’ occasions , d ’ améliorer notre sécurité et amélioreront notre capacité de réaction en cas d ’ attaque terroriste . Une véritable préférence à l ’ emploi , pour les citoyens genevois , en réinstaurant la collaboration entre le département de l ’ économie et celui des affaires sociales . L ’ important choix de nos candidats ne saurait se résumer aux compromis que nous pourrions faire avec d ’ autres dans le but d ’ obtenir les miettes d ’ un pouvoir déliquescent . Il est donc nécessaire de réaffirmer notre identité politique au service de nos concitoyens , avant de chercher des terrains d ’ entente ou de consensus avec les autres forces politiques du canton , ce dont nous ne saurions sortir que perdant . Je considère que ne pas se lier les mains trop tôt , en restant une force indépendante solide et cohérente est un gage de réussite pour l ’ UDC Genève .
AU

CONSEIL D ’ ETAT

photo : UDC Genève
Pascal ALTENBACH Conseiller municipal , Employé administratif , 1955 Ville de Genève
Philip QUEFFELEC Dirigeant d ’ un groupe aéronautique , 1954 Ville de Genève
Claude LAPORTE Avocat , 1975 Hermance

Assurance maladie : Réduire la fiscalité pour venir à l ’ aide de la classe moyenne

Le système LAMal , combattu par l ’ UDC à l ’ époque , est responsable du doublement des primes depuis son introduction . Le nombre de personnes ne pouvant plus assumer les frais d ’ un système en déclin augmente d ’ année en année . Pour les assurés , les 5 % d ’ augmentation annuelle des primes restent obscurs et incompréhensibles .
Le processus de calcul de la prime n ’ étant pas uniformisé , chaque caisse réalise son propre calcul avec la possibilité d ’ aboutir à des primes excessives . La compensation de ces excès est en plus facultative . Cette situation a notamment rendu possible l ’ affaire des primes payées en trop dans les cantons romands entre 1996 et 2013 . Malgré une forte pression de l ’ opinion publique , seuls 800 millions sur 1,5 milliards seront remboursés à la population en 3 ans . Le rétrocontrôle de la mise en concurrence des caisses ne fonctionne pas : la compétence d ’ ajustement des primes permettant aux caisses de sélectionner leur patientèle en excluant certains risques ( p . ex requérants d ’ asile ). La population de Genève prenant la rue devient le symbole de cette perte de confiance dans un système de santé et de prise en charge qu ’ il convient de réformer . Les analystes estiment que la hausse des coûts de la santé devrait se poursuivre même si des caisses cantonales , calquées sur le modèle d ’ une caisse de compensation , ou une caisse publique venaient à voir le jour . Les promoteurs de l ’ initiative pour des caisses cantonales se gardent bien de promettre une diminution du montant des primes . Mais plutôt que de longues théories , les assurés réclament des solutions concrètes pour faire face
à la détresse financière résultant de l ’ explosion des coûts de l ’ assurance maladie . C ’ est pourquoi l ’ UDC propose un nouveau mécanisme fiscal permettant la déduction systématique du revenu des assurés les plus modestes d ’ un montant correspondant au double de la prime effective relative à l ’ assurance obligatoire des soins .
photos : UDC Genève
Virna CONTI Présidente des Jeunes UDC Genève , Etudiante en droit , 1995 Bellevue
Loïc PAREL Ancien président des Jeunes UDC Genève Étudiant en droit , 1997 Ville de Genève
Leila HEDDI Employée de commerce juridique , 1979 Ville de Genève
Manuel GOMES DE ALMEIDA Président de l ’ UDC-Vernier Etudiant à l ’ UNIGE , 1980 Vernier
13 GRAND CONSEIL Thomas Bläsi veut refonder la relation entre la politique et la population Nos candidats André DUTRUIT Conseiller municipal, Retraité, 1960 Meyrin Le temps n’est pas aux grands desseins institutionnels. Il est à un travail patient, au plus près du terrain, pour faire vivre Genève. cinq ans, permettant de consolider les places de travail existantes et d’en créer à moyen terme. Le rétablissement des douaniers aux postes frontières pour la mise en place d’un contrôle systématique des flux de marchandises, qui constitueront autant d’occasions, d’améliorer notre sécurité et amélioreront notre capacité de réaction en cas d’attaque terroriste. Une véritable préférence à l’emploi, pour les citoyens genevois, en réins- taurant la collaboration entre le dépar- tement de l’économie et celui des af- faires sociales. L’important choix de nos candidats ne saurait se résumer aux compromis que nous pourrions faire avec d’autres dans le but d’obtenir les miettes d’un pouvoir déliquescent. Il est donc né- cessaire de réaffirmer notre identité politique au service de nos concitoy- ens, avant de chercher des terrains d’entente ou de consensus avec les au- tres forces politiques du canton, ce dont nous ne saurions sortir que per- dant. Je considère que ne pas se lier les mains trop tôt, en restant une force in- dépendante solide et cohérente est un gage de réussite pour l’UDC Genève. Pascal ALTENBACH Conseiller municipal, Employé administratif, 1955 Ville de Genève Philip QUEFFELEC Dirigeant d’un groupe aéronautique, 1954 Ville de Genève AU IL E S N CO AT D’ET Claude LAPORTE Avocat, 1975 Hermance Les autorités doivent écouter le Sou- verain, repérer les bonnes idées et non prétendre tout savoir par eux-mêmes, ni tout régenter. Les exigences de la sé- paration des pouvoirs invitent à cher- cher la bonne distance entre les insti- tutions, en privilégiant la collaboration sur la connivence. Je suis candidat au Conseil d’Etat pour porter un projet avec une équipe au- tour de moi et avec la volonté de pro- fondément refonder la relation entre le « politique » et la population. Je rêve d’une droite genevoise qui donnerait envie aux électeurs de voter pour elle, inscrite dans son temps, et qui vivrait la politique comme une lut- te collective et désintéressée pour dé- fendre des idées d’avenir, et non com- me une lutte personnelle et égocentrique pour prendre et conser- ver le pouvoir. Si je suis élu, je désire me rapprocher du modèle zurichois de prise en char- ge hospitalière, en permettant l’accès aux cliniques privées pour les assurés LAMAL de base. Une participation financière au pro- gramme de recherche fondamentale et universitaire de l’hôpital cantonal, des cliniques privées permettant de ne pas pénaliser ce dernier. Assainir les finances des PME par l’amortissement de 100’000 frs sur Virna CONTI Présidente des Jeunes UDC Genève, Etudiante en droit, 1995 Bellevue Assurance maladie : Réduire la fiscalité pour venir à l’aide de la classe moyenne Le système LAMal, combattu par l’UDC à l’époque, est responsable du doublement des primes depuis son introduction. Le nombre de personnes ne pouvant plus assumer les frais d’un système en déclin augmente d’année en année. Pour les assurés, les 5% d’augmentation annuelle des primes restent obscurs et incompréhensibles. Le processus de calcul de la prime n’étant pas uniformisé, chaque caisse réalise son propre calcul avec la possi- bilité d’aboutir à des primes excessi- ves. La compensation de ces excès est en plus facultative. Cette situation a notamment rendu possible l’affaire des primes payées en trop dans les cantons romands entre 1996 et 2013. Malgré une forte pression de l’opinion publique, seuls 800 millions sur 1,5 milliards seront remboursés à la po- pulation en 3 ans. Le rétrocontrôle de la mise en concurrence des caisses ne fonctionne pas : la compétence d’ajustement des primes permettant aux caisses de sélectionner leur pati- entèle en excluant certains risques (p.ex &W\:&G2N( 6RVFFRvV:fR&VB'VRFWfVBR7&RFR6WGFRW'FPFR6f6RF2V77L:RFR6L:WBFR&6RV6&vR^( 6fVBFP,:f&W"W2Ǘ7FW2W7FVBVPW76RFW26;G2FR6L:FWg&@6RW'7Vg&R:R6FW2676W26ЧFW26\:W27W"RL:RN( VP676RFR6V6FRVR676P:0$T6V,:6FV@FW2WVW2TD0vV:fP8GVFBVG&BpfRFRvV:fPVTDDV:RFP6W&6PW&FVRsfRFRvV:fPV&ƗVRfVVB :f"RW"W0&FWW'2FR( FFfRW"FW0676W26FW26Rv&FVB&VFP&WGG&RVRF֖WFGRЧFBFW2&W22WL;GBVRFPwVW2F:&W2W277W,:2,:6V@FW26WF267,:FW2W"f&Rf6P:L:G&W76Rf6:&R,:7VFBFP( W6FW26;G2FR( 77W&6PFR>( W7BW'V( TD2&Ч6RVWfVR:66Rf66W"ЦWGFBL:GV7F77L:FVRGP&WfVRFW277W,:2W2W2FW7FW0N( VFB6'&W7FBRFV"ФVVtU2DPTD,:6FVBFP( TD2fW&W WGVFB :( TtRfW&W RFR&RVffV7FfR&VFfR :( 77W&6R&ƖvF&RFW262F2TD2vV:fP