Edition spéciale février 2018 Édition spéciale du canton de Genève - Page 11

11

Genève d ’ abord La préférence indigène : une idée dont le temps est venu

Ne pas être discriminé à l ’ embauche , ni forcé à consentir à des réductions significatives de salaire en raison d ’ un afflux incontrôlé de main d ’ œuvre étrangère , c ’ est un droit , garanti par la Constitution fédérale . Il ne reste qu ’ à le mettre en œuvre !
Nous ne sommes pas égaux face à la libre circulation . Alors que la migration intra-européenne ne bouscule personne chez nos grands voisins aux économies peu créatrices d ’ emploi , la Suisse , de par son économie performante , est devenue , comme le Royaume Uni , la cible d ’ une immigration de masse inconnue ailleurs en Europe . Le peuple suisse a réagi le 9 février 2014 ( contre l ’ immigration de masse ) ; le peuple britannique le 23 juin 2016 ( Brexit ). Parmi les cantons suisses , les cantons frontaliers comme Genève et le Tessin sont bien évidemment les plus exposés . Dès la fin des contingents en 2006 , la population résidant à Genève s ’ est mise à augmenter par immigration de 1 % (+ 5 ’ 000 habitants ) chaque année alors que la population des travailleurs non résidants était multipliée par deux : sur les 350 ’ 000 emplois créés par l ’ économie cantonale genevoise , 100 ’ 000 ( près d ’ un sur trois ) sont déjà occupés par des frontaliers , on assiste à un phénomène de remplacement d ’ une population de travailleurs par une autre population . Les Suisses et les résidents au bénéfice d ’ une autorisation en cours ne doivent pas être discriminés à l ’ embauche , ni privés de leur emploi , ni obligés à consentir à des réductions significatives de leur salaire en raison d ’ un afflux indifférencié de main-d ’ œuvre étrangère . C ’ est un droit . Ce n ’ est pas l ’ UDC Genève qui le dit mais la Constitution fédérale . L ’ article 121a accepté en votation par le peuple et les cantons le 9 février 2014 donne en effet mandat à la Confédération de protéger la population contre les effets indésirables de l ’ immigration en fixant des limites . La loi adoptée par les chambres le 16 décembre 2016 a donné à cette notion une portée de protection des résidents sur le marché du travail . Mais elle n ’ a pas épuisé la matière , loin s ’ en faut . A plusieurs reprises , en effet , le Conseil fédéral et le parlement ont rappelé que la loi dite d ’ application ne constituait pas une mise en œuvre véritable de l ’ art . 121 a Cst féd . Dont acte . Un mandat constitutionnel donné aux autorités fédérales peut être

siGneZ l ’ iniTiaTiVe ! Feuille de signature à l ’ intérieur du journal , page 8

exécuté par les cantons lorsque le législateur fédéral s ’ abstient . Un exemple fameux est celui de la loi sur l ’ assurance maternité , compétence fédérale longtemps délaissée par le législateur fédéral , que le canton de Genève a su utiliser car les cantons sont compétents pour combler les lacunes du droit fédéral . C ’ est ce que les Chambres fédérales ont encore confirmé durant la session d ’ hiver 2017 en accordant la garantie fédérale à l ’ article constitutionnel de l ’ UDC tessinoise « primi i nostri » accepté par le peuple tessinois le 25 septembre 2016 . Au tour de Genève maintenant ! En matière de protection des travailleurs contre les effets négatifs de la migration incontrôlée sur leurs salaires ( dumping ) et leurs emplois ( remplacement ), les lacunes à combler par les citoyens du canton sont immenses . Autrefois très décriée , l ’ idée de préférence cantonale ou préférence indigène s ’ est peu à peu installée dans les

Sécurité : Genève , zone de non droit esprits au point que plus personne n ’ ose la combattre de front . Même le Conseil d ’ Etat , en sa qualité de premier employeur du canton , a émis des recommandations à l ’ intention de ses services afin que la préférence à l ’ embauche soit donnée aux résidents s ’ ils sont , à compétences égales , en concurrence avec des postulants étrangers au bénéfice de la libre circulation . Peu contraignante et facile à contourner , cette injonction n ’ a guère eu d ’ effet autre que déclamatoire mais l ’ idée n ’ est plus taboue . La même injonction a récemment été étendue aux emplois du grand Etat , le secteur subventionné , avec à la clé quelques changements de comportements bienvenus mais très insuffisants . Le temps est venu de passer à du droit contraignant applicable à l ’ ensemble des employeurs du canton qu ’ ils relèvent du secteur public ou du secteur privé . Genève d ’ abord : signez et faites signer l ’ initiative pour la préférence indigène !

Genève n ’ est pas seulement la capitale suisse de la dette publique , de la crise du logement et de la paralysie des transports , mais aussi celle de la criminalité en général et des assassinats de rue et attaques de commerces hyper-violentes en particulier . Le sourire carnassier de Pierre Maudet n ’ a rien changé , Genève reste le canton le plus criminogène de Suisse grâce à une politique qui consiste à attirer chaque jour de nouveaux criminels étrangers et n ’ en expulser aucun . La mission de justice et police tient en 3 mots : interpeller , juger , renvoyer . Tout reste à faire .

GRAND CONSEIL

Nos candidats
Marc FALQUET Député au Grand Conseil , Indépendant , secrétaire UDC-Genève , 1960 Vésenaz
Norbert MAENDLY Député au Grand Conseil , Ancien sapeur-pompier professionnel , 1953 Aïre-la-Ville
André PFEFFER Député au Grand Conseil , Responsable PME , 1956 Choulex
Gilbert CATELAIN Député au Grand Conseil , Inspecteur au service du commerce , 1965 Ville de Genève
Patrick HULLIGER Député suppléant au Grand Conseil , Commercial , 1957 Gd-Saconnex
Genève est le canton le plus criminogène de Suisse . On peut y être poignardé en pleine rue sans que cela se remarque . Le 117 sonne dans le vide , plus de 1 ’ 000 appels de nuits sont restés sans réponse en 2017 . Les policiers exposés au danger n ’ ont pas de collègues disponibles à appeler en renfort . Les criminels le savent ou le constatent . Ils savent aussi que la police n ’ interpelle guère , sauf bien sûr les automobilistes et le caniche qui fait pipi sur le trottoir . On assiste à un renversement total des priorités de politique criminelle . Oui , il y a eu une baisse statistique des cambriolages , mais elle n ’ est pas due à l ’ action du Conseil d ’ Etat sortant mais aux attentats de Paris . Les chiffres diffusés actuellement sont basés sur l ’ année durant laquelle la France a réintroduit les contrôles policiers à la frontière genevoise . Avec pour résultat immédiat mais temporaire de faire chuter la criminalité transfrontalière . De peur de se faire pincer en passant , les bandes des pays de l ’ Est , des Balkans et de Géorgie , ont dû renoncer à franchir la frontière franco-suisse et se rabattre sur les quartiers de villas proches de la frontière mais côté français . De même , les trafiquants de drogues transfrontaliers
ont limité pour un temps les rendezvous-à leurs clients à Genève , où la répression est rare et les peines légères et se sont rabattus sur Annecy . Le Conseil d ’ Etat a donc tort de s ’ enorgueillir d ’ un bilan dépassé qui ne lui revient pas . Ce d ’ autant que chacun peut constater en allant manger une pizza aux Pâquis ou dans d ’ autres quartiers dédiés que les dealeurs africains sans titre de séjour y sont chez eux , comme aux temps calamiteux où la PLR Isabel Rochat occupait le Département de Justice et Police . Ces délinquants monopolisent les trottoirs et opèrent au vu de tous sans la moindre inquiétude , Le « Quai 9 » agit comme un aimant pour de nombreux toxicomanes du « Grand Genève » et leurs fournisseurs et accrédite l ’ idée que la consommation de drogue ne serait pas punissable puisque l ’ Etat la sponsorise . Ce message « Genève zone de non droit » est responsable non seulement de l ’ augmentation de la délinquance de rue mais aussi de celle des crimes de sang et des attaques de commerces hyper violentes qui se banalisent à Genève plus qu ’ ailleurs . Le Conseil d ’ Etat sortant a combattu l ’ initiative UDC « pour le renvoi des criminels étrangers », il élude
aujourd ’ hui même la version édulcorée de la loi d ’ application des chambres . Juger est l ’ affaire des tribunaux mais requérir ou ne pas requérir le renvoi est une question de politique criminelle . Prononcer les renvois administratifs et surtout exécuter les renvois est du ressort du Conseil d ’ Etat . Le meurtrier du jardin anglais , condamné en 2005 et sous le coup d ’ une expulsion n ’ aurait pas récidivé à la Servette en plantant un tesson de bouteille dans la gorge d ’ un homme en 2017 si son renvoi avait été exécuté comme il aurait dû l ’ être . Ce cas est emblématique de la politique laxiste des autorités genevoises en matière de
Les crimes très violents sont en nette augmentation .
renvoi . Nos prisons sont occupées à plus de 90 % par des étrangers , dont de nombreux récidivistes qui n ’ auraient pas récidivé en Suisse si le droit de l ’ expulsion leur avait été appliqué . Pour le contribuable , ces places de prison coûtent très cher , la nouvelle prison des Dardelles coûtera 227 millions et la rénovation de Champ-Dollon est estimée à 190 millions . Genève doit cesser d ’ être un « hub pénitentiaire » international , il faut pour cela , et il suffit , de ramener le département de justice et police à sa mission : interpeller , juger , renvoyer . C ’ est la condition de la sécurité restaurée .
photos : UDC Genève
Eliane MICHAUD ANSERMET Conseillère municipale , cheffe de groupe , Retraitée , 1952 Gd-Saconnex
Richard STARK Conseiller municipal , Comptable indépendant , 1953 Thônex
Pierre SCHERB Conseiller municipal , chef de groupe , Conseiller juridique indépendant , 1956 Ville de Genève
11 Genève d’abord La préférence indigène : une idée dont le temps est venu GRAND CONSEIL Nos candidats Marc FALQUET Député au Grand Conseil, Indépendant, secrétaire UDC-Genève, 1960 Vésenaz Ne pas être discriminé à l’embauche, ni forcé à consentir à des réductions significatives de salaire en raison d’un afflux incontrôlé de main d’œuvre étrangère, c’est un droit, garanti par la Constitution fédérale. Il ne reste qu’à le mettre en œuvre ! Nous ne sommes pas égaux face à la libre circulation. Alors que la migrati- on intra-européenne ne bouscule per- sonne chez nos grands voisins aux économies peu créatrices d’emploi, la Suisse, de par son économie perfor- mante, est devenue, comme le Royau- me Uni, la cible d’une immigration de masse inconnue ailleurs en Europe. Le p WWR7V76R,:vRl:g&W"#@6G&R( ֖w&FFR76RPWWR'&FVRR#2V#`'&WB&֒W26F27V76W2W26F0g&FƖW'26RvV:fRWBRFW766B&V :fFVVBW2W2WЧ<:2L:2fFW26FvVG2V#bVF,:6FB :vV:fR>( W7@֗6R :VvVFW""֖w&FFPR^( &FG26VR:P'2VRVFFW2G&fWW'0,:6FG2 :FBVFƜ:R FWW7W"W23S( V27,::2 ( :6֖R6FRvVWf6R( ,:2N( V7W"G&26BL::67W :2"FW2g&FƖW'2767FP:V::RFR&V6VV@N( VRVFFRG&fWW'2 VRWG&RVFW27V76W2WBW2,:6FVG2R,::f6PN( VRWF&6FV6W'2RFfV@2 :G&RF67&֖:2 :( V&V6R搧&l:2FRWW"V&Ɩ|:2 :6Ч6VF" :FW2,:GV7F26vf6FfW0FRWW"6&RV&6N( VffWЦFfl:&V6:FPN( Y7Wg&P:G&|:&R>( W7BVG&B6R( W7B0( TD2vV:fRVRFB262ЧFGWFl:L:&R( 'F6R#66WL:VfFF"RWWRWBW26F0Rl:g&W"#BFRVVffWBЦFB :6l:L:&FFR&L:vW"VF6G&RW2VffWG2L:6&"ЦW2FR( ֖w&FVfBFW2Ɩ֒ЧFW2FL:R"W26'&W2PbL:6V'&R#bF: :6WGFRЧFVR'L:RFR&FV7FFW2,:6ЦFVG27W"R&6:GRG&f0VR( 2 :V<:F:&R>( VfWBW6WW'2&W&6W2VVffWBP66Vl:L:&WBR&VVB@&V:VRFFRN( Ɩ6FP67FGVB2VR֗6RV Y7Wg&Rl:Ч&F&RFR( 'B#77Bl:BF@7FRVFB67FGWFVFЦ:WWF&L:2l:L:&W2WWB :G&PW:7WL:"W26F2'7VRR:Цv6FWW"l:L:&>( '7FVBVWVЦRfWWW7B6VVFR7W ( 77W&6RFW&L:6 :FV6Pl:L:&RwFV2L:7<:R"R:Цv6FWW"l:L:&VRR6FFPvV:fR7RWFƗ6W"6"W26F06B6 :FVG2W"6&W"W2Ц7VW2GRG&Bl:L:&>( W7B6RVRW06'&W2l:L:&W2BV6&R6f"Ц:GW&B6W76N( fW"#rV66&FBv&FRl:L:&R :( 'F6P67FGWFVFR( TD2FW766P*&֒7G& +66WL:"RWWPFW762R#R6WFV'&R#bRFW"FRvV:fRFVBVF:&RFR&FV7FFW2G&fWW'06G&RW2VffWG2:vFg2FR֖w&ЧF6G,;F:R7W"WW'26&W0GVrWBWW'2V2&VЦ6VVBW27VW2 :6&W""W06FV2GR6F6BV6W2WG&Vf2G,:2L:7&:R( L:RFR,:l:Ч&V6R6FRR,:l:&V6RЦF|:R>( W7BWR :WR7F:RF2W0W7&G2RBVRW2W'6P( 6R6&GG&RFRg&B:RP66VN( WFBV6VƗL:FR&RЦ֖W"VWW"GR6F :֗2FW0&V6FF2 :( FVFFR6W06W'f6W2fVR,:l:&V6R :( V&V6R6BF:RW,:6FVG0>( 26B :6 :FV6W2 :vW2V67W'&V6RfV2FW27GVG0:G&vW'2R,::f6RFRƖ'&R6&7RЦFWR6G&vFRWBf6R :6FW&W"6WGFR7F( w\:&PWRN( VffWBWG&RVRL:6F&R0( L:R( W7BW2F&VR:RЦ7F,:6VVB :L: :FVGVRWV2GRw&BWFBR6V7FWW"7V"ЧfVF:fV2 :6:VVVW26ЦvVVG2FR6'FVVG2&VfVW02G,:27Vff6G2RFV2W7@fVRFR76W" :GRG&B6G&v@Ɩ6&R :( V6V&RFW2VЦWW'2GR6F^( 2&V:fVBGP6V7FWW"V&Ɩ2RGR6V7FWW"&l:vV:fRN( &&B6vWWBfFW26vW ( FFfRW",:l:&V6RF|:R&&W'@TDŐL:WL:Rw&@66V6V6WW"W &fW76VS0:&RfPG,:dTddU L:WL:Rw&@66V&W76&PRS`6VW6vU( FFfRv&W'@4DTL:WL:Rw&@66V7V7FWW"P6W'f6RGP6W&6RcPfRFRvV:fPfWVRFR6vGW&P:( L:&WW"GRW&vR<:7W&L:vV:fRRFRG&@vV:fR( W7B26WVVVB6FR7V76RFRFWGFRV&ƗVRFR7&6RGRvVVBWBFR&Ǘ6RFW2G&7'G22W766VRFR7&֖ƗL:V|::&WBFW27676G2FR'VRW@GFVW2FR6W&6W2W"fVFW2V'F7VƖW"R6W&&R6&76W"FRW'&RVFWB( &V6|:vV:fR&W7FRR6FRW27&֖|:RFR7V76Rw,:&6R :VRƗFVRV667FR :GF&W"6VRW"FRWfVW7&֖V2 :G&vW'2WB( VWV6W"V7V֗76FRW7F6RW@Ɩ6RFVBV2G2FW'VW"VvW"&VfW"FWB&W7FR :f&RG&6TĔtU L:WL:7W:@Rw&B66V6W&6SpvB66WvV:fRW7BR6FRW27&֖Ц|:RFR7V76RWWB :G&RrЦ&L:VVR'VR62VR6V6P&V'VRRr6RF2RfFRW2FR( V2FRVG26B&W2ЧL:262,:6RV#rW2Ɩ6W'0W<:2RFvW"( B2FR6:ЦwVW2F7&W2 :VW"V&Vf'BW27&֖V2R6fVBRR67FЧFVB26fVBW76VRƖ6P( FW'VRw\:&R6Vb&V<;"W2RЧF&Ɨ7FW2WBR66RVfB7W"RG&GF"767FR :V&VfW"Ч6VVBFFFW2&&L:2FRƗFVP7&֖VRVWRVR&76P7FF7FVRFW26'&vW22VP( W7B2GVR :( 7FGR66VN( WFB6'FB2WGFVFG2FP&2W26fg&W2FfgW<:27GVVRЦVB6B&<:27W"( :RGW&BЧVVRg&6R,:G&GVBW26ЧG,;FW2Ɩ6W'2 :g&F:&RvVWf6RfV2W",:7VFB:FB0FV&&RFRf&R6WFW"7&֖ЦƗL:G&6g&FƜ:&RFRWW"FR6RfЧ&R6W"V76BW2&FW2FW02FR( W7BFW2&ƶ2WBFR|:"ЦvRBL;&V6W" :g&6"g&ЧF:&Rg&67V76RWB6R&&GG&R7W"W0V'FW'2FRf2&6W2FR g&ЧF:&R2<;GL:g&:v2FR:RW0G&fVG2FRG&wVW2G&6g&FƖW'2VƖPԔ4T@4U$U@66V:&PV6R6VffPFRw&WR&WG&L:RS vB66WBƖ֗L:W"VFV2W2&VFWЧfW2:WW'26ƖVG2 :vV:fR;,:Ч&W76W7B&&RWBW2VW2:|:&W2W@6R6B&&GGW27W"V7R6Ч6VN( WFBF2F'BFR>( V&wVVƗ N( V&L:7<:VRV&WfV@26RN( WFBVR67VWWB6Ч7FFW"VBvW"VRW :'V2RF2N( WG&W2V'FW'2L:ЦF:2VRW2FVWW'2g&6260FG&RFR<:W"6B6WWW6PWFV26֗FWW;"6&V&6B67WBRL:'FVVBFPW7F6RWBƖ6R6W2L:ƖVG2ЦƗ6VBW2G&GF'2WB :&VBPgRFRFW262G&RV:GVFRR *V +vB6RV@W"FR'&WWF6W2GP*w&BvV:f\+WBWW'2fW&76WW'0WB67,:FFR( L:RVR66FЦFRG&wVRR6W&B2V76&PV7VR( WFB76&6R6RW76ЦvR *vV:fRRFRG&B +W7@&W76&R6WVVVBFP( VvVFFFRL:ƖV6RFP'VR2W76FR6VRFW27&W2FP6rWBFW2GFVW2FR6W&6W2ЧW"fVFW2V6R&Ɨ6VB :vV:ЧfRW2^( WW'2R66VN( WFB6'FB6&GGP( FFfRTD2 *W"R&VfFW07&֖V2 :G&vW'2 + :VFPVW&N( V:RfW'6 :GV6Ч,:RFRN( Ɩ6FFW26Ц'&W2VvW"W7B( ff&RFW2G&'VW2&W\:&"RR2&W\:&"P&VfW7BVRVW7FFRƗFVP7&֖VR&6W"W2&Vf2BЦ֖7G&Fg2WB7W'FWBW:7WFW"W2&VЧf2W7BGR&W76'BGR66VN( WFBRWW'G&W"GR&Fv26ЦF:V#RWB6W2R6WN( VPWV6( W&B2,:6Fl: :6W'fWGFRVFBVFW76FR&RЧFVRF2v&vRN( VRV#r66&VffB :L:W:7WL:6RW&BL;( :G&R6R62W7@V&:FVRFRƗFVR7FPFW2WF&L:2vVWf6W2VF:&RFP&Vf2&626B67W :W2 :W2FRR"FW2 :G&vW'2FBFP'&WW,:6Ff7FW2V( W&V@2,:6Fl:V7V76R6RG&BFP( WV6WW"fB :L:Ɨ\:W"R6G&'V&R6W26W2FR&Ч66;FVBG,:26W"WfVR&Ч6FW2F&FVW26;FW&##r֖Ɩ0WB,:fFFR6FW7@W7F:R :֖Ɩ2vV:fRF@6W76W"N( :G&RV *V" :FVF&R +FW&FfWBW"6VWB7VffBFR&VW"RL:'FVVBFPW7F6RWBƖ6R :6֗76FW'VЦW"VvW"&VfW">( W7B6FFFR<:7W&L:&W7FW,:R&6&@5D$66VW V66F&PL:VFBS0F;FWW'&P44U$ 66VW V66VbFPw&WR66VW W&FVPL:VFBS`fRFRvV:fPW27&W2G,:2fVG26BVWGFRVvVFFF2TD2vV:fP