Brumaire Numéro 16

La justice est une notion qui fait couler beaucoup d’encre tant par son exécution que par son appréciation.

Ce thème si central désigne avant tout une valeur, un idéal moral voire même un concept philosophique, signifiant que les actions humaines doivent être regardées à la lueur de la loi. En effet, chaque citoyen doit répondre à un certain nombre de devoirs, mais bénéficie également de droits et de libertés.

[...Lire la suite...]

BRUMAIRE

LUNDI 04/05/2020

Une Justice efficace !

Par Christopher DESTAILLEURS-HENRY

DANS NOS AUTRES COLONNES...

DEFENDRE LA LANGUE FRANCAISE !

APPEL A TEMOIGNAGES !

Depuis plus de 50 ans, nous sommes envahis par la langue anglaise et la culture anglo-saxonne qui s'imposent dans de nombreux domaines : les médias, la publicité, le commerce, la télévision, internet, l'enseignement supérieur, les institutions européennes et internationales.

Chaque jour, de nouveaux mots anglais sont imposés par les médias et les puissances de l'argent. Les jeunes générations ne savent plus rédiger de courriers en français classique et utilisent quotidiennement de nombreux anglicismes pour envoyer des courriels, des textos et communiquer avec leurs correspondants.

[...Lire la suite...]

éditorial

la France s’est passionnée pour le football et que la fièvre verte a touché l’ensemble de l’hexagone.

[...Lire la suite...]

Le Sphinx est mort…

Robert Herbin, l’entraîneur des mythiques Verts des années 70, a définitivement fermé la porte du vestiaire du Stade Geoffroy Guichard.

C’est sous son égide, que la

La réaction de la semaine est attribuée à David Saforcada, Président de France Bonapartiste, qui ne manque pas de commenter l'actualité avec son franc-parler habituel.

Dans notre rubrique "Une date, une histoire", nous revenons au jour du 4 mai 1897, lors du spectaculaire incendie du Bazar de la Charité à Paris. La tragédie fera évoluer les normes en matière de sécurité.

Aymard de Foucauld apporte sa touche sarcastique de la semaine, en nous proposant comme à son habitude des caricatures accompagnées de calembours et figures de style.

La crise a été résolue…avant la crise

La crise de 2008 a pourtant été violente pour l’entreprise japonaise et plus particulièrement sa branche américaine, décrite ici, avec la conjonction de la contraction considérable du crédit et de l’augmentation du prix du pétrole. Les ventes en Amérique du Nord ont chuté d’un coup de 40 % y plongeant toute l’industrie automobile dans une situation critique. En juillet 2010, plus de 300 000 emplois avaient été supprimés dans ce secteur...sauf chez Toyota.

Toyota est une entreprise particulièrement résiliente. Cette résilience repose sur deux fondements : l’autonomie financière et une culture de l’amélioration permanente jusqu’aux plus bas échelons.

[...Lire la suite...]

Toyota-USA face à la crise de 2008-Résister sans licencier

A l’heure où certaines grandes entreprises, et même des administrations, n’envisagent pas d’autres solutions à la crise que la suppression massive de postes, il n’est peut-être inutile de voir comment une entreprise comme Toyota est sortie de la crise économique.

Le recours au licenciement non obligatoire !

Incompréhension. Voici l'expression qui nous envahit quand nous apprenons que l'agresseur du jeune Marin pourrait déjà retrouver la liberté, trois ans seulement après les faits.

Notre Justice serait-elle plus sensible du sort réservé aux délinquants, que des blessures dont les victimes ont été les proies ?

C'est la question que nous nous posons aujourd'hui lorsque nous apprenons que l'agresseur de Marin, sauvagement battu une nuit de 2016, risque de retrouver prochainement le chemin de la liberté.

Condamné à sept ans et demi de prison pour "violences avec usage ou menace d’une arme suivie de mutilation ou infirmité permanente", voici qu'après guère plus de trois années d'emprisonnement, un juge d’application des peines aurait accepté sa demande de libération conditionnelle alors que depuis novembre 2016, l'agresseur a fait l’objet d’une quinzaine de sanctions disciplinaires...

Quelle forme de Justice disposons-nous ? Une Justice clémente à l'égard des délinquants ? Cruelle à l'attention des victimes ?

Ces victimes qui ne se remettent que très rarement des sévices dont elles ont fait l'objet. Marin aurait pu mourir cette nuit là. Cette soirée où il a fait preuve de courage face à un individu voulant imposer sa vision de notre société.

La Justice Française doit évoluer. C'est une urgence.