Brumaire Numéro 15

Face à la crise qui nous frappe, une certaine modestie s’impose. Gardons nous d’opposer à la classe dirigeante le radicalisme de l’inexpérience ou l’arrogante certitude que nous aurions fait mieux. Néanmoins, la nécessaire unité nationale ne justifie pas d’interrompre la réflexion. Nous souhaitons ainsi rappeler quelques éléments de bons sens et nous interroger sur un sujet qui nous tient particulièrement à cœur : le combat pour la souveraineté de la France. Longtemps méprisées par nos élites comme autant d'archaïsmes, les idées souverainistes retrouvent une vigueur nouvelle, alors que les événements leur donnent raison a posteriori. Il s’agit désormais de commencer à tirer des leçons pour l’avenir. [...Lire la suite...]

BRUMAIRE

LUNDI 27/04/2020

Le retour des idées souverainistes

Par la C.R.E.

DANS NOS AUTRES COLONNES...

«Castaner préfère excuser les émeutiers plutôt que défendre les policiers»

Ceux qui ne supportent pas le confinement et décident d’aller faire du jogging à Paris en dehors des horaires réglementés, l’exécutif n’a pas de mots assez durs pour les réprimander. Ceux qui passent le confinement ailleurs que dans leur appartement en s’installant pour un temps à la campagne sont régulièrement traités d’égoïstes irresponsables, voire de criminels en puissance sur les réseaux sociaux. En revanche, ceux pour qui le confinement serait «trop dur» peuvent attaquer un commissariat, caillasser les forces de l’ordre, ils trouveront alors chez le ministre de l’Intérieur de la bienveillance et de la compréhension...

[...Lire la suite...]

éditorial

d’eau, d’électricité, approvisionnement en vivres de la population, ramassage des ordures,...

[...Lire la suite...]

Devoir d'état

Depuis un mois, tous les soirs à 20 h, on honore les «soignants» mais, avec eux, tous ceux qui assurent les fonctions vitales de la Nation : fonctionnement des réseaux

La réaction de la semaine est attribuée à David Saforcada, Président de France Bonapartiste, qui ne manque pas de commenter l'actualité avec son franc-parler habituel.

Dans notre rubrique "Une date, une histoire", nous revenons au jour du 27 avril 1969, date à laquelle le Référendum allait mettre un terme aux fonctions de Chef de l'Etat du Général de Gaulle.

Aymard de Foucauld apporte sa touche sarcastique de la semaine, en nous proposant comme à son habitude des caricatures accompagnées de calembours et figures de style.

La France et l’Italie confrontées à l’Allemagne et aux Pays-Bas.

Que s’est-il passé ? Quel pourrait être l’impact sur l’avenir de l’Europe ?

**

Les propositions d’Emmanuel Macron de lancer un emprunt européen, les coronabonds destinés à soutenir les pays qui seront les plus économiquement frappés par la crise, se sont vues opposer une fin de non-recevoir.

Pire encore c’est avec une inadmissible brutalité que le ministre néerlandais des affaires étrangères, M. Wopke Hoekstra, réclama une commission d’enquête pour comprendre pourquoi les cigales du sud que sont l’Italie et l’Espagne ne disposaient pas de marges budgétaires pour affronter l’épidémie.

Qu’en est-il de la solidarité européenne si chère aux eurobéats ?

[...Lire la suite...]

Quelle Europe après le Covid-19 ?

La crise pénible qui frappe le monde invite à la réflexion. « Rien ne sera plus comme avant… » clament les responsables politiques en France et, sans doute, ailleurs. Quatre pays à l’origine de la construction européenne, se retrouvaient en situation de contentieux grave.

Le Covid-19 affectera l'Europe durablement.

Souveraineté. Jusqu'alors ce terme disposait d'une connotation négative et ses partisans, les souverainistes étaient jetés aux lions. Et pourtant... S'ils avaient raison ?

Le souverainisme est défini comme "une doctrine politique soutenant la préservation de la souveraineté nationale d'un pays par rapport à des instances supranationales."

Qu'ils soient regroupés au sein d'un mouvement politique - comme France Bonapartiste - ou pris isolément, ses partisans ont souvent été considérés comme des utopistes ou même des nostalgiques, ne pouvant in fine s'insérer dans la pensée moderne.

Ils ont préféré l'essor de leur pays en favorisant leurs terres notamment face au monstre européen. On les a alors lynchés.

Ils ont préféré garder leur indépendance à la fois nationale et populaire face à cette mondialisation affamée. On a voulu les faire taire.

Ils ont préféré leur drapeau, leurs cultures parfois diverses, leur Histoire et leurs grands rassemblements face à l'oubli. On les a alors écartés.

Pourtant, aujourd'hui c'est une pandémie qui ouvre les yeux de nos dirigeants... Et s'ils avaient raison ? S'il fallait garder nos compétences, notre savoir faire, notre culture, la richesse de nos terres... ne serait-ce que pour garder notre indépendance ?

Les souverainistes sont avant tout des patriotes, à ne pas confondre avec des nationalistes...