ANNONCE ORTHODOXE No 30 - Page 11

La Grande Litanie est aussi appelée Litanie de Paix, car elle commence par l'invitation : "En paix, prions le Seigneur." De la sorte, la liturgie nous apprend comment effectuer une prière de demande : il faut d'abord prier en paix. Cette paix nécessite deux conditions : être reconnaissant envers Dieu pour toutes choses et avoir la conscience pure grâce à la Confession. Il nous faut donc être préparés à la prière pour la Divine Liturgie, afin qu'elle ne soit pas vaine.

La première demande est d'ailleurs "pour la paix qui vient d'En-Haut et pour le salut de nos âmes", puis "pour la paix du monde entier"... Cette paix d'En-Haut nous est donnée, mais nous prions pour la recevoir activement. Cette "paix d'En-Haut", c'est le seul nécessaire, le Royaume de Dieu : c'est pourquoi elle est demandée en premier, avant toute chose, selon la recommandation évangélique : "Cherchez avant tout le Royaume de Dieu et le reste vous sera donné par surcroît" (Matthieu, VI, 33). C'est seulement si cette paix est acquise que la deuxième demande peut être exaucée : la paix du monde. Le Royaume de Dieu est le levain qui fait lever la pâte selon l'Evangile et les chrétiens sont le "sel de la terre". Il faut que ce sel soit conservé, car s'il perd sa saveur par quoi le salera-t-on ? (Matthieu, VI, 13) C'est pourquoi la prière continue pour la "stabilité des Sainte Eglises", afin que l'Eglise, c'est-à-dire l'assemblée des chrétiens demeure "le sel et la lumière du monde". Nous prions alors "pour ce saint temple et ceux qui y entrent avec foi, piété et crainte de Dieu" : cette prière nous rappelle les conditions de notre participation vivante à la prière eucharistique : entrer avec foi, piété et crainte de Dieu et non par habitude, avec distraction. Nous prions ensuite pour les membres de l'Eglise et pour le monde entier, la nature et les hommes, nous rappelant la tâche de l'Eglise : non pas seulement prier pour nos petits besoins, mais intercéder pour le monde entier.

La Grande Litanie finit, comme la plupart des litanies, par une évocation du témoignage de la Mère de Dieu et des Saints. À la lumière de ces puissants témoins, les fidèles sont chargés à offrir leur vie à Jésus Christ notre Seigneur :

"Faisons mémoire de notre Dame, la toute sainte, immaculée, bénie par dessus tout et glorieuse Mère de Dieu et toujours vierge Marie, ainsi que de tous les saints, et confions-nous, nous-mêmes, les uns les autres et toute notre vie au Christ Dieu."

Avec l'aide et l'intercession de la Mère de Dieu, dans l'unité de la foi, nous nous confions à Dieu. Nous ne demandons pas seulement d'être défendus, protégés par Dieu: nous faisons de Dieu même notre vie. Nous ne nous confions pas seulement nous-mêmes, mais ensemble, "les uns les autres", c'est-à-dire en église.

Le prêtre fait alors la prière conclusive.

Les antiennes

Suivent trois antiennes (antiphon), différentes selon le jour et en fonction de la juridiction. Les deux premières antiennes sont suivies par une brève litanie et une prière. Lors de la Divine Liturgie de St Jean Chrysostome, le dimanche, la troisième antienne chante les Béatitudes.

Grande Litanie

"Après la confession et la glorification du Règne, le moment est venu de la "prière commune et unanime". Le diacre (ou le prêtre, s’il n’y a pas de diacre) continue avec la Grande Litanie, ainsi appelée non seulement parce qu’elle est plus longue mais aussi parce que la plupart de ses litanies et supplications concernent tous les besoins du monde: on prie pour la paix et le salut, pour l’Église, ses évêques, ses fidèles, pour les prisonniers, pour la santé et le salut, pour la libération de tout trouble et de toute nécessité. Il s'agit d'une prière d'intercession qui est participation à la prière même du Christ puisqu'il est le médiateur entre Dieu et les hommes.

Le prêtre par une telle introduction à la doxologie invite tout le peuple à participer à la prière. A chacune des demandes, les fidèles expriment cette participation en répondant : "Kyrie eleison" ou "Seigneur miséricorde !", faisant ainsi preuve d'humilité devant Dieu.

La Grande Litanie est aussi appelée Litanie de Paix, car elle commence par l'invitation : "En paix, prions le Seigneur." De la sorte, la liturgie nous apprend comment effectuer une prière de demande : il faut d'abord prier en paix. Cette paix nécessite deux conditions : être reconnaissant envers Dieu pour toutes choses et avoir la conscience pure grâce à la Confession. Il nous faut donc être préparés à la prière pour la Divine Liturgie, afin qu'elle ne soit pas vaine.

11