#66 - Page 18

Miroir de la Sultane

Myriam Riza directrice financière et créatrice épanouie

Nos lecteurs ont fait connaissance avec Myriam Riza en 2019 , qui a été en première couverture de notre magazine . Nous avons alors découvert une personne qui avait su allier avec brio ses différentes casquettes de femme active , de maman , de créatrice passionnée , d ’ animatrice Radio , d ’ écrivaine etc .

Aujourd ’ hui , Myriam poursuit son parcours brillant , en explorant de nouvelles

voies qui s ’ inscrivent , en définitive , dans la continuité de ce qu ’ elle a déjà entrepris .

Myriam , Miss Anaïs , ta marque de prêt-à-porter au style couture contemporain , ne cesse d ' évoluer . Quelle est son actualité ?

Depuis notre dernière interview , j ’ ai ouvert une boutique Miss Anaïs , que je jugeais indispensable . En effet , la clientèle esthète et fashionista a réellement besoin d ’ un contact , non seulement avec la créatrice , mais aussi avec le tissu , la broderie , l ’ effet du tombé d ’ une création . L ’ essayage est aussi très important . J ’ ai transformé dernièrement ma boutique Miss Anaïs en concept store mode , pour satisfaire au mieux ma clientèle . Désormais , on pourra y choisir sa tenue complète : vêtement , sac , bijou …

Comment as-tu vécu la pandémie et le confinement , professionnellement parlant ?

Pour maintenir mon atelier et ses emplois , j ’ ai tout d ’ abord proposé des réductions à ma clientèle fidèle , c ’ était pendant cette période , l ’ un des rares moyens de continuer une activité commerciale . Parallèlement , j ’ ai consacré une partie de l ’ atelier à la création bénévole de masques de protection agréés par la fédération de textile . Ils ont été distribués dans plusieurs hôpitaux et pour certaines actions de la société civile .

En 2020 , on découvre hoowa , une marque de vêtements pour homme . Parle-nous de ta réflexion derrière cette ligne .

Les hommes s ’ intéressent de plus en plus à la mode en Tunisie , mais sont assez frustrés tant l ’ offre est pauvre . Ils ont généralement le choix entre le classique et le street wear . Il était nécessaire de leur proposer une ligne vraiment travaillée , des créations qui sortent de l ’ ordinaire , plutôt « Urban chic » avec toujours une touche artisanale et traditionnelle : la calligraphie arabe , les symboles amazighs …

Que penses-tu du secteur de la mode en Tunisie ? Il est réellement en pleine évolution . Côté stylisme , j ’ ai été bluffé par les derniers travaux des élèves d ’ ESMOD , je fais partie du jury depuis plusieurs années . D ’ ailleurs de nombreux anciens élèves ont été très remarqués et font de belles carrières en Tunisie comme à l ’ international . Côté créateurs généralement autodidactes , beaucoup de talents également . En revanche , je pense que le secteur de la mode manque un peu de structure , principalement en termes de communication . On ne compte plus les défilés ( généralement coûteux ), mais lesquels ont un impact durable , et un rayonnent au-delà de la soirée en elle-même ?

Où puises-tu ton inspiration ? Comment te ressources-tu ?

Absolument partout ! Je suis plutôt hyperactive , malgré mes nombreuses activités professionnelles et ma vie de famille qui est primordiale , j ’ ai des
loisirs riches et variés , qui me permettent de rencontrer de nombreuses personnes inspirantes et de fréquenter différents milieux , c ’ est déjà une source d ’ inspiration . Ensuite , il y a la musique qui est omniprésente dans ma voiture , à la maison , pendant les sorties . La musique transporte l ’ esprit et le fait vagabonder entre couleurs et rêveries . Plus pragmatiquement , je suis avec ferveur l ’ univers de la haute couture depuis toujours . L ’ exemple des « grands » est toujours bénéfique à la création .

Tu as aussi une passion pour le théâtre ? J ’ ai commencé en 2018 ... Et je ne peux plus m ’ en passer ! Il me permet de m ’ exprimer pleinement : le dépassement de soi , la plongée dans un univers toujours différent , l ’ adrénaline avant de monter sur scène sont des émotions très fortes ! Je joue déjà plusieurs rôles dans ma vie de tous les jours et chacun a son style sans que je ne perde pour autant ma personnalité : la maman n ’ a pas le même tempérament que la directrice financière ni que la créatrice de mode . Avec le théâtre , j ’ interprète des rôles qui ne me ressemblent pas forcément , et c ’ est toujours une expérience unique et enrichissante . Et puis j ’ aime l ’ aventure collective que l ’ on vit avant chaque représentation …

Tu es également à la tête de la direction financière d ’ un groupe Tunsien . Que représente ce poste pour tes parcours professionnel et personnel ?

C ’ est l ’ aboutissement de mes études à Dauphine et d ’ une longue carrière dans la finance à Paris ( KPMG , Société Générale …), et au Koweït ( au sein de la direction financière d ’ Alstom ).

Quels conseils de leadership aimerais-tu partager avec nos plus jeunes lecteurs ?

Work work work ! Soyez exigeants avec vous-mêmes , levez vous tôt et couchez vous tard pour assouvir votre passion et en faire votre métier , ensuite le travail ne sera jamais un fardeau pour vous .

Inévitable question : Encore une fois , nous aimerions connaître ton secret . Comment réussis-tu à concilier tes différentes casquettes ?

J ’ ai la chance d ’ avoir beaucoup d ’ énergie , je suis d ’ ailleurs d ’ un caractère très optimiste ce qui me permet de « switcher » les petits tracas quotidiens et d ’ avancer … Toujours . J ’ ai aussi choisi toutes mes activités , ce qui est un atout évident .

Que peux-tu nous dire de tes prochains projets ? Côté passion , je me lance dans la production d ’ un court-métrage , qui sera réalisé par « Elma Riza » réalisatrice , qui vit à Berlin . J ’ y serai également actrice . Cela fait longtemps que nous évoquons ce projet , et il va enfin voir le jour . Nous allons le co-écrire , il sera tourné à Tunis .

Pour finir , qu ’ aimeriez-vous dire aux personnes qui nous lisent ?

Je leur dirai de vivre intensément chaque moment , et qu ’ il n ’ est jamais trop tard pour commencer une nouvelle aventure ou se découvrir un talent .

© Photos & Vidéos : LayLay _ IMAGES

1 , rue Hedi Chaker- La Marsa , Sidi Abdel Aziz
LASULTANEMAG . COM
P A G E
18
NUMÉRO # 66