La Sultane #64 - Page 9

Parlez-nous un peu de vous Je suis pharmacienne de formation . J ’ ai travaillé pendant 25 ans dans le secteur public , j ’ ai exercé comme chef de service hospitalier pendant quelques années puis j ’ ai eu envie d ’ expérimenter le secteur privé . J ’ ai donc ouvert mon officine où j ’ étais aussi dévouée et épanouie . Au bout de 5 ans , non pas que la fonction de pharmacienne ne me plaisait pas , bien au contraire , mais j ’ avais un désir et une soif de créativité tapis en moi depuis ma plus tendre enfance et qui sont restés inassouvis . L ’ idée m ’ est alors venu de créer des châles et des étoles orignaux pendant mon temps libre , qui se distinguaient par des mélanges de tissus , broderies et couleurs . La transition de la création de châles à celles de vêtements s ’ est faite avec l ’ envie de revisiter la kachabya classique et qui est à l ’ origine un vêtement exclusivement masculin . Et cela a été un déclic pour moi , je me suis lancée corps et âme dans ma passion de toujours , baignant dans la créativité et réalisant mes rêves d ’ enfants puisqu ’ à l ’ âge où une petite fille commence à jouer à la poupée , moi , j ’ ai commencé à l ’ habiller en créant des modèles que je confectionnais avec les moyens du bord d ’ une fillette de 5 ans , à partir de blouses usées que me ramenait mon père de l ’ hôpital où il exerçait en tant que médecin . Ce déclic m ’ a vite amenée à vendre ma pharmacie , sans aucun regret , pour me consacrer à ce nouveau projet qui prenait vie . Était-ce ma vocation ? Il faut croire que le choix s ’ est imposé de lui-même , il me suffit de voir et de toucher les tissus et les broderies pour que l ’ idée d ’ un modèle naisse dans ma tête . Il était important pour moi que le nom de ma marque symbolise la femme audacieuse , forte et élégante . Comme j ’ ai toujours été fascinée par la reine Didon , figure emblématique de l ’ Histoire tunisienne et qui incarne les valeurs que je voulais transmettre à travers mes créations , j ’ ai approfondi mes recherches sur elle , toujours en quête d ’ originalité , et l ’ un de ses noms qui n ’ est pas très connu a retenu mon attention , c ’ est ainsi qu ’ est née Elissar .
Quelle serait votre définition du prêt-à-porter et de la haute-couture ? Où situez-vous vos créations ? Le prêt-à-porter pour moi veut dire une tenue de ville , de travail et de tous les jours . La Haute Couture est , quant à elle , la tenue d ’ occasions telles que les réceptions , soirées , etc . Chez Elissar , nous avons une catégorie de prêt-à-porter de luxe et celle de la Haute Couture .
La revisite du vêtement traditionnel a le vent en poupe depuis quelques années . Vous-mêmes créez des caftans . Comment vous distinguez-vous des autres créateurs ? Elissar apporte une touche traditionnelle tunisienne à un style vestimentaire moderne et modernise le costume traditionnel tunisien en l ’ introduisant dans des designs contemporains et innovants . Par ailleurs , j ’ ose toujours des mélanges de couleurs et de tissus qui donnent une originalité à chaque
LASULTANEMAG . COM
P A G E
9
NUMÉRO # 64
LASULTANEMAG . COM
P A G E
9
NUMÉRO # 64